Passer au contenu principal

Robert Parker sert-il les vins suisses avec ses notes?

Le dégustateur du célèbre «Wine Advocate» note à nouveau quelques-uns de nos crus. Une façon de les valoriser.

Robert Parker a vendu son groupe, mais il déguste toujours.
Robert Parker a vendu son groupe, mais il déguste toujours.
AFP

Le week-end dernier, Robert Parker organisait sa 3e Matter of Taste à Zurich, alliant dégustation des crus des 150 producteurs mondiaux et une dizaine de masterclass sur des vins prestigieux. Sur place, une dizaine de domaines suisses alémaniques, un tessinois, un neuchâtelois, trois valaisans et un seul vaudois, le Domaine Louis Bovard, à Cully, qui cultive très bien sa relation avec l’équipe du dégustateur américain.

Car, oui, «The Wine Advocate», la lettre d’information de l’ancien avocat de Baltimore, a découvert que la Suisse produisait du vin en 2011, par l’entremise de José Vouillamoz, l’ampélologue valaisan. Ce dernier avait invité le dégustateur David Schildknecht en Suisse, qui avait mis en évidence quatre producteurs suisses – dont deux Vaudois, Pierre-Luc Leyvraz et Blaise Duboux – dans son «Best of 2012».

Depuis, David Schildknecht a cédé sa place à Stephan Reinhardt, un autre Allemand, qui a fait quelques passages en Suisse. Sa dernière contribution parue dans l’édition de février relate sa visite dans les Grisons, où il a adoré les pinots noirs, comme ce Donatsch Réserve 1990 coté à 98/100. Pourtant, des vins d’autres régions ont également été notés, le Domaine Louis Bovard, Les Landions ou la Maison Carrée à Neuchâtel, Jean-René Germanier ou Provins en Valais, et aussi Le Petit Château, dans le Vully.

«Mes vins avaient été dégustés à Zurich en 2016 lors des Swiss Wine Tasting (ndlr: où Reinhardt avait goûté 200 vins suisses, dont 90 à plus de 90 points), explique Fabrice Simonet, du Petit Château. On m’a demandé de renvoyer cette année mon assemblage Initial (diolinoir, merlot, syrah et cabernet sauvignon) en Allemagne, et j’ai ajouté une bouteille du chardonnay Les Cutres en me disant que ça pourrait lui plaire.» Ça a marché puisque le premier a obtenu 92 points pour son millésime 2014, et le second 91.

Le Vaudois qui sourit, c’est évidemment Louis-Philippe Bovard, à Cully. Le fin renard avait très vite flairé l’intérêt que pouvait représenter Parker en rencontrant Reinhardt en 2015, à une soirée à Vufflens-le-Château, où Chandra Kurt lui avait présenté 95 vins suisses. «Je lui ai proposé de venir visiter Lavaux, raconte Bovard. Il y a passé une journée, dans les vignes puis dans la cave où il a apprécié les capacités de vieillissement des chasselas.» En 2019, Bovard a pu lui envoyer sept échantillons, qui ont pour la plupart obtenu de beaux résultats (lire ci-contre). «On a beaucoup critiqué Robert Parker mais il apporte une reconnaissance internationale à nos vins et c’est tant mieux.». Lui qui vend beaucoup dans les restaurants gastronomiques trouve dans ces notes un argument de poids pour l’exportation, qui représente aujourd’hui 5% de ses ventes.

Aide à l’export

En sondant les vignerons qui ont pu obtenir des notes dans les différentes dégustations de 2014 à 2017, aucun n’a vu ses ventes exploser. «Il garde une grosse influence sur le marché mondial, avec également le «Wine Spectator», avance Raoul Cruchon, à Echichens, dont le Raissenaz 2012 avait obtenu 93 points. Dès que nous sommes cités dans l’une de ces lettres, nos importateurs aux États-Unis ou au Japon interagissent. Avec le Raissenaz, il y avait eu un bel écho, également dans les médias.» Le domaine exporte environ 6000 bouteilles par année.

«Cela ne m’a pas attiré plus de clients, analyse Pierre-Luc Leyvraz, un des premiers à paraître dans la lettre américaine. Mais cela donne une reconnaissance internationale aux vins suisses en général. Et cela conforte aussi notre clientèle locale, qui voit que l’étranger apprécie nos vins, que des chasselas peuvent dépasser 90 points. Ces médailles, ces concours, cela participe à un mouvement sur le long terme, cela ne se fait pas en un jour. Cela flatte aussi nos clients dans leur choix.» Et cela peut peut-être attirer l’attention du reste de la Suisse. «Quand un sommelier des Grisons cherche des vins vaudois, cela peut l’aider à faire un premier choix.»

Pierre Monachon, à Rivaz, est du même avis: «Ca a un certain intérêt, on en parle une fois, on peut le montrer à nos clients fidèles et peut-être espérer en attirer un ou deux nouveaux. Qui reviendront peut-être...»

Reste que la politique Parker est floue pour les vignerons suisses. On ne sait pas très bien comment ils dégustent, quand ils dégustent, quelle est leur ligne. Il n’y a pas de rendez-vous fixe, pas forcément de retour chez un producteur cité une année. Comme si la Suisse et son microvignoble éclaté ne méritaient pas encore une attention soutenue.

Un style, vraiment?

«Mais on sait qu’ils aiment plutôt des vins de caractère, assez parfumés, assez riches, avance Fabrice Simonet. Même si Stephan Reinhardt aime le chasselas, je doute qu’il lui attribue plus que 93, contrairement à des pinots noirs ou à des syrahs, voire des Grains Nobles valaisans.» Raoul Cruchon partage un autre point de vue: «Il ne cherche pas forcément des vins de caractère, il aime aussi la finesse. Qu’importent ses goûts, c’est bon pour l’intérêt général des vins suisses, même si nos vins ne sont pas choisis cette fois.»

Raymond Paccot, à Féchy, est plus dubitatif: «Ces notes n’ont pas d’influence sur nos ventes. Comme pour les concours, il n’y a plus de retombées, comme il pouvait y en avoir il y a dix ans. Il faut dire qu’il y a trop de distinctions, de médailles, d’experts. Non, ce qui nous fait vendre aujourd’hui, c’est notre label bio Demeter, les gens l’apprécient et le recherchent. Mais quand tout le monde l’aura…»

Et si, davantage que les vins, c’étaient plutôt les consommateurs suisses qui attiraient Robert Parker. Les Matter of Taste présentent des vignerons du monde entier, enfin ceux retenus par Parker, pour un tarif solide de 99 fr. la journée de dégustation. Ajoutez-y les masterclass sur des crus prestigieux ou des chouchous de Parker (Michel Chapoutier, Jean-Michel Chartron), de 60 à 98 fr. pièce, et le Grand Finale Dinner à 188 fr., le tout sponsorisé par Mondovino (Coop) et vous aurez une belle brochette d’acheteurs.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.