Un robot planeur a sondé les tourbillons du Léman

EPFLUn planeur sous-marin a passé l’été à inspecter un gyre du lac afin d’en percer les secrets. Une première pour le lac.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Debout sur un bateau de l’EPFL qui dérive au beau milieu du lac, Alexander Forrest, professeur à l’Université Davis, en Californie, scrute les quatre côtés de l’embarcation. Il fixe un navire de la CGN en approche. «Ce bateau, là, quel est son trajet exact?» interroge-t-il. «C’est le Thonon-Ouchy, il ne va pas passer loin. Il faut donc se déplacer un peu», répond Sébastien Lavanchy, responsable technique du Laboratoire de physique des systèmes aquatiques de l’École polytechnique, qui décide de mettre le cap plus à l’ouest.

La raison de tant de précautions est un drôle d’engin qui se trouve à l’avant du bateau: un robot sous-marin muni de deux ailes. Deux appendices qui lui permettent littéralement de planer, en particulier dans les gyres, ces immenses tourbillons qui se forment dans les océans et les grands lacs du monde entier sous l’effet des courants et de la rotation de la Terre. À l’échelle du globe, c’est à des gyres de milliers de kilomètres de diamètre que l’on doit l’accumulation des déchets plastiques, le fameux septième continent.

Sous nos latitudes, le Léman compte deux tourbillons d’une dizaine de kilomètres de diamètre qui se forment de juin à octobre, un au sud-est de Lausanne, l’autre au sud-ouest de Morges. C’est ce dernier qui a servi de terrain de chasse au sous-marin dépêché tout droit de Californie pour une récolte de données inédites. «Les gyres lémaniques tourbillonnent à une vitesse de 5 centimètres par seconde et sont assez stationnaires. C’est idéal pour les observations», relève Alexander Forrest, un expert en la matière qui sillonne les eaux du monde avec son robot bardé de capteurs et qui s’intéresse tout particulièrement à l’étude de la turbulence dans les gyres.

Lors de son été lémanique, le sous-marin jaune à 250 000 dollars a permis au doctorant Oscar Sepúlveda, du Laboratoire de physique des systèmes aquatiques, d’observer l’impact du gyre sur la couche de phytoplancton. «Je voudrais comprendre si ce processus de mélange dû au gyre affecte la structure et la distribution du phytoplancton dans le lac», précise le chercheur, qui aimerait également savoir ce que transporte le tourbillon, quel est son impact sur les nutriments ou encore quelle est sa teneur en chlorophylle. En marge de la recherche fondamentale, les relevés du robot permettront également de comprendre en quoi le réchauffement climatique impacte ce qui vit en suspension dans l’eau. Et s’il y a menace.

Pris dans des filets de pêche

Mardi matin, pour la dernière sortie du robot, le bateau s’arrête au large de Buchillon. C’est là qu’Oscar Sepúlveda installe tous les capteurs dans le nez du robot. «La phase est délicate, indique Alexander Forrest. Chaque capteur est fin comme un cheveu et coûte 2000 dollars pièce.» Plusieurs d’entre eux ont été endommagés cet été, lorsque le robot s’est pris dans des filets de pêcheurs. Mais l’engin, qui a été attaqué par un requin dans le Pacifique et qui peut rester immergé plusieurs jours, ne refaisant surface que pour transmettre ses données, en a vu d’autres.

Pour son ultime baignade, le planeur autonome est descendu à 60 mètres de profondeur. Grâce à un système de ballast, il s’est déplacé comme un yo-yo, permettant la récolte de nombreuses données. Qu’Oscar Sepúlveda s’apprête à décortiquer pour sa thèse. Quant au planeur, il repart la semaine prochaine pour le lac Tahoe, en Californie, où il a ses habitudes.

Créé: 19.09.2018, 06h48

Articles en relation

Dans le Léman, un plongeur pêche… un sabot

Insolite Un Veveysan a trouvé un instrument de blocage de voiture utilisé par la police, balancé dans le lac. Une première pour la police. Plus...

Il fallait un vrai sens marin pour dompter Léman

Voile La Translémanique a souri à Patrick Girod (au scratch) et Antonio Cruz (temps compensé), deux spécialistes du grand large. Plus...

Dix ans d’acrobaties au-dessus du Léman

Villeneuve Le 10e Acro Show déploiera ses plus belles voiles et ailes, de vendredi à dimanche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.