Roch Hachana, le nouvel-an juif

Traditions du jour de l'anPendant deux jours, les Juifs célèbrent la création du monde de manière très solennelle.

Tanakh et fruits pour Roch Hachana

Tanakh et fruits pour Roch Hachana Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Chana tova oumetouka!» Les juifs se souhaitent une «bonne et douce année». Douce comme la pomme trempée dans le miel ou la datte qu’ils se plaisent à déguster le premier jour de l’an du calendrier hébraïque. D’autres aliments, comme le poisson, signe de la fertilité, s’invitent également au menu. Lors du Nouvel-An juif, les symboles sont très présents. Appelé Roch Hachana ou «tête de l’année», il dure deux jours et c’est l’une des fêtes les plus importantes de l’année. Elle célèbre la création du monde, la naissance d’Adam et d’Ève, donc le commencement de tout. Les repas en famille ou avec des amis se succèdent, on mange copieusement et on boit du vin. Mais pas question ici de festoyer, bouteille de champagne à la main jusqu’au petit matin!

Roch Hachana reste une célébration austère et très solennelle. Pour les accompagner, le son du chofar, un instrument de musique à vent créé à partir d’une corne de bélier, va retentir à cent reprises! Des notes puissantes, stridentes et plaintives. Durant ces deux jours, l’aspect spirituel est très présent. Car Roch Hachana c’est aussi (et surtout) la fête du repentir et de l’introspection. Elle ouvre d’ailleurs la porte sur dix jours de pénitence, qualifiés de «redoutables», et de retour sur soi, jusqu’à Yom Kippour, pour se préparer au jour du grand pardon. «Roch Hachana est le jour du jugement. Pour nous, c’est l’occasion de nous remettre en question, de nous améliorer en prenant des décisions et des résolutions. La page est à nouveau blanche. C’est l’opportunité de prendre un nouveau départ», explique le rabbin Mendel Naparstek, délégué rabbinique à la communauté israélite de Lausanne et du canton de Vaud.

Repartir du bon pied pour la nouvelle année passe aussi par un rituel important: celui d’expulser ses péchés symboliquement en évoquant une prière. Avec d’autres fidèles, Mendel Naparstek se rend à la tour Haldimand de Lausanne: «Nous nous rendons vers un point d’eau où il y a des poissons, car ces animaux ne ferment jamais les yeux. Nous demandons alors à Dieu de veiller sur nous, sur l’humanité, pour une belle année à venir.» En 2018, Roch Hachana sera célébré les 10 et 11 septembre. Selon le calendrier hébraïque, les croyants entreront en l’an 5779. (24 heures)

Créé: 27.12.2017, 11h08

Paid Post

Les meilleurs commerçants lausannois récompensés
Pour la 5ème année consécutive, le Prix du Commerce a distingué des détaillants de la capitale cantonale qui excellent dans leur domaine.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Les intempéries paralysent une partie de la Suisse
(Image: Bénédicte) Plus...