Passer au contenu principal

Ruée sur les subventions pour isoler sa maison

Du jamais-vu: l’enveloppe de 38 millions de francs du «Programme Bâtiments» est déjà vide.

Quelque 1500 projets d'assainissement de bâtiment ont été soutenus financièrement en 2018.
Quelque 1500 projets d'assainissement de bâtiment ont été soutenus financièrement en 2018.
Christian Brun-A

«Succès sans précédent pour les subventions du Programme Bâtiments», trompette l’État de Vaud dans un communiqué. L’enveloppe de 38,5 millions de francs à disposition des propriétaires est déjà épuisée: du jamais-vu depuis sa création, en 2010. Pourtant, elle n’avait jamais été aussi fournie. Le Canton apporte un quart de la somme et la Confédération les trois quarts, via la taxe sur le CO2.

Près de 75% de l’enveloppe a été versée pour des projets d’isolation des bâtiments, qu’il s’agisse d’un audit préalable ou des travaux proprement dits. Les subsides du programme peuvent aussi se rattacher à des installations de chauffages à bois ou de pompes à chaleur. «Cet appui est un levier d’action important pour la réduction des émissions de CO2», rappelle le Département du territoire et de l’environnement, dirigé par la PLR Jacqueline de Quattro.

«Environ 1500 projets ont bénéficié d’un soutien financier», précise Laurent Balsiger, directeur de l’Énergie au Canton de Vaud. «C’est un peu moins de 1% du parc construit qui va ainsi être assaini. Notre objectif est d’atteindre un renouvellement annuel de 1,5%.» L’argent ainsi dépensé par les propriétaires va dans la poche d’entreprises locales. Les 38,5 millions engagés cette année vont ainsi générer des retombées économiques d’environ 200 millions de francs, avance l’État, qui pousse l’estimation à 700 millions de francs injectés dans l’économie vaudoise pour la période 2012-2018.

Encourageant mais pas suffisant

«Même si le fonds est épuisé, les demandes de subsides peuvent toujours être déposées, souligne Laurent Balsiger. Nous enverrons un accusé de réception, elles seront analysées tout de suite mais la décision finale ne pourra être prise que début 2019.» Le Grand Conseil doit en effet formellement valider le budget de l’État, qui reconduit le financement du «Programme Bâtiments». Les subsides destinés aux audits énergétiques CECB continueront, eux, d’être octroyés jusqu’à la fin de l’année.

Pour «encourageant» qu’il est, l’effort financier reste «insuffisant» aux yeux des Verts. Lors de la publication du budget en septembre, ils ont appelé le Conseil d’État à concocter un «paquet climat» et à aligner son apport dans le «Programme Bâtiments» sur celui de la Confédération. Sur 100 francs dépensés par l’État, 1 fr. 20 seulement le sera pour l’environnement.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.