Ruiz, la favorite, entre dans la course au Conseil d'Etat vaudois

PolitiqueLa conseillère nationale est la candidate de la section lausannoise pour succéder à Pierre-Yves Maillard au Conseil d’État.

La conseillère nationale lausannoise Rebecca Ruiz veut succéder à Pierre-Yves Maillard.

La conseillère nationale lausannoise Rebecca Ruiz veut succéder à Pierre-Yves Maillard. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle a donné rendez-vous au Lausanne-Moudon, en contrebas du Château Saint-Maire, où siège le Conseil d’État. Pour signifier qu’elle sera la candidate de tous les Vaudois, indique Denis Corboz, président du PS Lausanne. Rebecca Ruiz est officiellement partante pour succéder à Pierre-Yves Maillard.

Enfin, elle est candidate à la candidature, s’il faut être précis. La criminologue lausannoise âgée de 36 ans devra être intronisée par sa section régionale le 19 décembre prochain. Puis être choisie par le parti cantonal le 19 janvier. Ce qui sera certainement le cas, tant il est clair qu’aucun autre candidat ne se profile.

Un «défi démographique et sanitaire»

Lors de sa conférence de presse, celle qui est conseillère nationale depuis 2014, a déroulé quatre thématiques qu’elle souhaite mettre au centre de sa candidature. Et pour lesquelles elle affiche ses compétences. En bonne place et largement développé, figure le thème du «défi démographique et sanitaire». Elle qui préside la section romande de la Fédération suisse des patients sait bien qu’elle sera très probablement appelée à reprendre les clés du Département de la santé et de l’action sociale (DSAS) des mains de Pierre-Yves Maillard. «Le Canton doit contenir la hausse des coûts, par une organisation rationnelle du système de soins qui soit orientée sur l’intérêt général», a-t-elle déclaré.

L’insertion dans le marché du travail et des chances maximales de s’y maintenir constituent un autre enjeu de taille pour la cohésion sociale, estime la candidate. Là, ses connaissances en tant que présidente de l’ARTIAS (Association romande et tessinoise des institutions d’action sociale) devraient lui être utiles.

«Vaud, pionnier du droit de vote des femmes, doit encore poursuivre son engagement pour l’égalité entre hommes et femmes»

L’environnement figure aussi au programme, dans la continuité de ce que fait le gouvernement: «une politique d’encouragement des énergies renouvelables, d’assainissement énergétique des bâtiments, et de développement massif des transports publics.»

Femme très engagée en politique depuis quinze ans et mère de deux jeunes enfants, Rebecca Ruiz ne coupe pas aux questions liées à l’égalité et à la politique familiale. «Vaud, pionnier du droit de vote des femmes, doit encore poursuivre son engagement pour l’égalité entre hommes et femmes. En réalisant l’égalité salariale dans le secteur public, en créant un congé paternité de 20 jours, en mettant en œuvre l’exigence d’égalité pour toutes les entités bénéficiaires de marchés ou de subventions publics.»

Députés en soutien

Pour soutenir cette entrée en campagne, Rebecca Ruiz s’est entourée d’un député lausannois bien connu, Jean Tschopp, et d’une députée plus novice en politique, Carine Carvalho Arruda. Le premier dit apprécier et trouver nécessaire la «méthode Ruiz»: soit une approche «analytique, factuelle et rigoureuse» couplée à un «sens politique très aigu», résume-t-il. Il souligne aussi sa «superbase électorale». Et de rappeler son score canon, sans toutefois être élue au Conseil national alors qu’elle n’était «que» conseillère communale. En 2015, elle élargissait encore sa base avec 10 000 voix supplémentaires.

Carine Carvahlo Arruda relève: «Il y a 3 ans, j’étais simple citoyenne et là, je soutiens quelqu’un d’exemplaire qui m’a donné envie de faire de la politique.» Sa camarade, avec qui elle a travaillé sur la question des violences gynécologiques et obstétricales, est selon elle «ouverte et toujours à la recherche du dialogue».

Créé: 07.12.2018, 19h54

Son parcours

1982 Naissance à Lausanne.

2006 Entrée au Conseil communal de Lausanne.

2007 Diplômée de Master en criminologie et sécurité.

2008 Devient présidente du PS Lausanne.

2012 Est élue au Grand Conseil. Se marie avec Benoît Gaillard, qui lui succède à la présidence de la section locale l’année suivante.

2014 Entre au Conseil national en remplacement de Josiane Aubert.

2015 Réélection au Conseil national.

2018 Candidate au Conseil d’État.

Articles en relation

Maillard s’en va: et maintenant, que va-t-on faire?

Succession Le Canton connaîtra une élection complémentaire ce printemps. La socialiste Rebecca Ruiz a un boulevard devant elle, mais la campagne sera animée, à quelques mois des fédérales. Plus...

La voie est libre pour une candidature de Rebecca Ruiz

Conseil d'Etat La conseillère nationale est la seule socialiste à briguer, pour l'heure, le siège de Pierre-Yves Maillard. Stéphane Montangero renonce à se présenter. Plus...

Dolivo repart au combat pour le Conseil d’État

Politique Ensemble à Gauche lance sa campagne pour le siège que laissera Pierre-Yves Maillard. Une «lutte» qui se fait sans l’allié POP. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.