Passer au contenu principal

«S’il n’y a pas de solidarité maintenant, il faut fermer l’humanité»

Christine Hauser reçoit chaque jour des petits repas préparés par des concitoyens. Aucun n'a voulu être payé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.