Salle comble pour les anti parc du Jorat

FroidevillePlus de deux cents personnes ont participé mardi à la première séance d’information de la nouvelle association Parque pas mon Jorat

La grande salle de Froideville était bondée mardi soir lors de la première séance d'information de la nouvelle association

La grande salle de Froideville était bondée mardi soir lors de la première séance d'information de la nouvelle association "Parque pas mon Jorat", qui s'oppose au projet de parc naturel périurbain Image: Sylvain Muller

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cavaliers, vététistes, champignonneurs ou simples promeneurs, ils étaient plus de deux cents mardi soir à Froideville pour assister à la première séance d’information de la nouvelle association Parque pas mon Jorat. «Si on avait su que vous viendriez si nombreux, on aurait réservé Beaulieu», a plaisanté le président et ancien syndic de Carrouge André Jordan, ravi.

Composée en très grande majorité d’opposants au projet de parc naturel périurbain du Jorat, l’assemblée a écouté trois orateurs dire tout le mal qu’ils pensent de ce projet, selon eux, injustifié, incohérent et surtout privateur de libertés.

«Fondamentalement, on aimerait qu’on nous explique ce qui ne va tellement pas actuellement dans le Jorat pour qu’il faille ainsi le mettre sous cloche, a résumé André Jordan. Notre association servira donc désormais de contrepoids à Jorat une terre à vivre au quotidien, qui est, elle, financée par des fonds publics.»

«Il n’y a pas besoin de nouvelles lois pour protéger quelque chose qui nous est cher à tous ici dans cette salle»

«Nous ne contestons pas le projet de mettre 10% de surface forestière en réserve», a précisé le député UDC et entrepreneur forestier dans le Nord vaudois Yvan Pahud. «Nous contestons le principe d’un projet en un seul tenant, de surcroît prévu au cœur d’une zone hyperproductive et réputée pour ses bois de qualité.» «Il n’y a pas besoin de nouvelles lois pour protéger quelque chose qui nous est cher à tous ici dans cette salle» a conclu le géologue Jean-Philippe Rey.

Parmi la vingtaine de questions posées au terme de l’assemblée par des spectateurs venus de Bottens, Corcelles-le-Jorat, Cugy ou Montpreveyres, plusieurs ont porté sur les moyens existants pour obliger les communes concernées à se retirer du projet avant même le vote prévu en 2019 dans les conseils et portant sur des modifications des plans partiels d’affectation.

Juste avant de passer à la verrée, les organisateurs ont encore dévoilé une vidéo (à voir ci-dessous) promotionnelle réalisée par l’orchestre du Ranch du Bois d’Archan. Les paroles de la chanson composée pour l’occasion sont explicites: «Parc joratois, nous on n’en veut pas. Les bois du Jorat se portent bien sans toi»

Créé: 31.01.2018, 18h19

Articles en relation

Des contradicteurs face au projet de parc du Jorat

Réserve naturelle L’association «Parque pas mon Jorat» veut faire office de contrepoids au discours officiel. Plus...

Contours exacts arrêtés pour le projet de parc naturel

Jorat Huit communes et le Canton mettraient à disposition 4,4 km2 de forêts. Plus...

Le Parc naturel du Jorat à la rencontre des citoyens

Ropraz Des ateliers participatifs permettent à la population de s’exprimer sur le projet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.