Le Samaritain se dote d’un hôpital de jour

VeveyCette nouvelle structure vise à décharger le centre hospitalier. Et simplifie la prise en charge des patients ambulatoires.

Anca-Teodora Antonino, responsable médicale de l’hôpital de jour, dans la salle d’endoscopie.

Anca-Teodora Antonino, responsable médicale de l’hôpital de jour, dans la salle d’endoscopie. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au Samaritain, les patients ambulatoires ne sont plus mêlés aux malades atteints de pathologies nécessitant un séjour prolongé dans l’établissement. Le site veveysan de l’Hôpital Riviera-Chablais vient de se doter d’un hôpital de jour, afin de décharger d’autres secteurs du centre hospitalier et de libérer de la place pour les personnes à hospitaliser. Mais aussi pour diriger les patients ambulatoires vers un seul emplacement, dans une nouvelle annexe construite ces derniers mois (lire ci-dessous).

De petites interventions

Un hôpital de jour? «C’est une structure pour les traitements de courte durée où le patient ne passe que quelques heures», rappelle Antonino Anca-Teodora, responsable médicale de l’hôpital de jour, spécialiste en médecine interne et en gastro-entérologie. On y pratique des petites interventions qui ne nécessitent pas l’utilisation du bloc opératoire, avec des sédations légères, mais sans aide respiratoire. «Ce n’est en aucun cas une permanence, souligne Patricia Claivaz, responsable de la communication. On y vient adressé par un médecin de ville ou pour une intervention programmée.» La nouvelle structure, gérée par dix personnes, abrite une salle d’endoscopie ainsi que des locaux pour les examens, les consultations, les surveillances, les traitements de gastro-entérologie, de gynécologie, d’ORL et de médecine interne, ainsi que les ponctions ou les perfusions.

Cet hôpital de jour, qui compte cinq lits, est divisé en deux zones distinctes. La première pour les traitements programmés et une seconde dédiée à l’endoscopie et à la gastro-entérologie. «Le patient ambulatoire aura néanmoins accès, si nécessaire, à toutes les prestations du centre hospitalier, sans y passer la nuit», ajoute Patricia Claivaz.

L’hôpital de jour du Samaritain accueillera les patients de la Riviera, alors que celui déjà existant à Monthey admet ceux du Chablais.

Cette nouvelle structure a aussi une vocation pilote dans la perspective de l’ouverture en 2019 du complexe principal de l’Hôpital Riviera- Chablais Vaud-Valais à Rennaz. «Avec l’ouverture de ce nouvel établissement, le nombre de lits hospitaliers sera réduit, précise Patricia Claivaz. Il nous faut donc développer l’activité ambulatoire. Ce nouvel hôpital de jour du Samaritain nous permettra de mieux évaluer les flux de patients.»

Un laboratoire d’idées

L’annexe du Samaritain servira par conséquent aussi de «laboratoires d’idées» avant 2019, dans le cadre de la révision en cours des pratiques actuelles en matière de médecine, de logistique, d’administration, de planification ou encore de gestion d’accessibilité.

Pour l’heure, elle améliore déjà notablement le confort des patients ambulatoires. (24 heures)

Créé: 09.11.2016, 17h24

Le bâtiment perdurera

Construite cet été en trois mois, l’annexe abritant l’hôpital de jour a coûté 1,4 million de francs, pris en charge par la Fondation de soutien des hôpitaux de la Riviera.«Un investissement pérenne, relève Patricia Claivaz. Une fois l’hôpital de soins aigus de Rennaz ouvert en 2019, le site du Samaritain sera transformé et modernisé, sauf l’annexe, dont l’affectation sera réétudiée.»


Pour marquer l’ouverture de l’hôpital de jour, le Samaritain convie le public à des portes ouvertes samedi de 9 h à 16 h.

Au programme: dépistages divers, ateliers cardio, consultation de tabacologie, régimes culinaires
et visites guidées.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...