Pour la Semaine de la mobilité, Vaud veut faire lâcher la voiture lors des loisirs

MobilitéLorsque ce n’est pas pour penduler, les Vaudois peinent à se tourner vers les transports publics.

Une carte journalière Mobilis à 5 fr. est en vente, pour tous les abonnés, jusqu'au 30 novembre. Elle permet de voyager sur tout le réseau vaudois.

Une carte journalière Mobilis à 5 fr. est en vente, pour tous les abonnés, jusqu'au 30 novembre. Elle permet de voyager sur tout le réseau vaudois. Image: Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas envie de se stresser à la fin d’un spectacle? Peur de ne pas pouvoir traîner au repas que des amis on­t préparé? Être au volant de sa voiture, c’est la vraie liberté?

C’est souvent pour ce type de raison que, lorsqu’il s’agit des loisirs, les Vaudois peinent à opter pour les transports publics. Pour la Semaine européenne de la mobilité de cette année – du 16 au 22 septembre – le Canton thématise la problématique.

La présidente du Conseil d’État en charge des Infrastructures, Nuria Gorrite, a présenté la chose à la presse jeudi, au Cinéma CityClub de Pully.

Alors que l’offre en transports publics s’est largement améliorée ces dernières années, les comportements ne suivent pas toujours. «Les habitudes ont évolué, surtout chez les pendulaires.» Si 58% des Vaudois prenaient leur voiture pour aller travailler en 2000, ils sont aujourd’hui 9% de moins. Et c’est principalement vers les transports publics qu’ils se sont tournés.

«La stratégie paie moins pour le trafic de loisirs», constate Nuria Gorrite. La moitié des Vaudois préfère toujours sa voiture pour son temps libre. Même si la tendance est à la baisse, c’est souvent pour se tourner vers la mobilité douce et non les transports en commun qu’un changement de comportement est adopté.

Or «le Vaudois se déplace toujours plus souvent et sur des distances toujours plus longues», note la présidente du Conseil d’État. À cela s’ajoute que la population tend à travailler moins pour s’amuser davantage, pour «avoir plus de temps pour soi». Nuria Gorrite souligne ainsi que la question des déplacements de loisirs est «loin d’être une anecdote». Ils ont en plus un rôle à jouer dans les bouchons, puisqu’ils représentent un tiers du trafic, les soirs de semaine. «Le climat est lui aussi très impacté par la mobilité de loisirs, rappelle la socialiste: 50% des émissions de gaz à effet de serre sont liées à ce type de déplacements.»

Deux angles d’attaque ont été choisis. Le premier, du côté des décideurs. Car si le confort des transports tend à augmenter, il doit encore s’améliorer. Idem pour les horaires, qui seront prolongés sur de nombreuses lignes d’ici à la fin de l’année. Mais les usagers sont aussi appelés à changer leurs habitudes. La communauté tarifaire Mobilis met en place, jusqu’au 30 novembre, une action pour faire sortir les abonnés de leur zone. Pour 5 fr., chacun d’entre eux peut autant de fois qu’il le veut désormais voyager partout dans la zone tarifaire cantonale durant une journée.

Créé: 06.09.2019, 20h06

En chiffres

9


C’est, en pour-cent, la part de Vaudois qui optent pour les transports publics lors de leurs loisirs. Ils sont 22% à penduler de la sorte.





30


C’est, en pour-cent, l’augmentation de l’offre en transports publics qu’a connu le canton depuis 2009.





40


C’est en minutes, le temps dédié chaque jour par les Vaudois aux déplacements de loisirs. Sur un total moyen de 90 minutes quotidiennes.

Articles en relation

20 millions pour optimiser la mobilité des Vaudois

Mobilité Le Conseil d’Etat demande un crédit pour renforcer les connexions entre trains, bus, vélos et voitures à travers tout le canton. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.