Un avocat au téléphone pour 2 fr.

JusticeUn Fribourgeois met en œuvre AvocaTel.ch , doté d’un numéro surtaxé. L’Ordre des avocats vaudois résiste.

Me Olivier Ferraz, à Fribourg. Avec un associé actif dans l’informatique, il a créé un service qui met en relation les avocats et les clients. Non sans critiques de la profession.

Me Olivier Ferraz, à Fribourg. Avec un associé actif dans l’informatique, il a créé un service qui met en relation les avocats et les clients. Non sans critiques de la profession. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour Me Olivier Ferraz, à Fribourg, il s’agit simplement de faciliter le contact entre les avocats et des citoyens en quête d’un conseil juridique. Le nouveau service qu’il propose à 12 000 avocats suisses, AvocaTel.ch, devrait entrer en fonction le 1er décembre prochain. Il suscite déjà des réactions négatives et des mises en garde. L’Ordre des avocats vaudois (OAV) invite par exemple ses membres «à ne donner aucune suite à cette offre de services».

Les avocats qui souhaitent devenir partenaires de l’offre doivent verser une cotisation de 900 fr., 550 fr. en prix de lancement. AvocaTel.ch invite les habitants en quête d’un appui juridique à composer un numéro 0900 surtaxé, qui leur permet de choisir leur langue et d’indiquer leur code postal. La première minute est gratuite, le temps de présenter succinctement l’affaire. Puis l’appelant se voit facturer 2 fr. pour la communication. Du côté des avocats partenaires, le téléphone de ceux qui se situent dans la région désirée sonne par le biais d’une application. Le premier qui répond obtient le contact. «Il n’y a aucun favoritisme», assure Me Olivier Ferraz. Ensuite, le professionnel du droit et son client conviennent du travail à mener, du simple conseil par téléphone au rendez-vous à l’étude.

Pionnier vaudois

Vendredi, le fondateur d’AvocaTel.ch exprimait sa satisfaction. Un avocat vaudois, bravant la mise en garde de l’OAV, avait confirmé son inscription au nouveau service.

Le système provoque des remous ailleurs aussi. Au Tessin, par exemple, où une assemblée des avocats du canton a été convoquée. Selon Me Olivier Ferraz, AvocaTel.ch fait œuvre d’utilité publique: «Il s’agit de favoriser l’accès direct aux avocats.» Il appelle la Fédération suisse des avocats (FSA) à apporter son soutien: «La finalité est d’encourager la population à se tourner vers des praticiens «ordinaires» exerçant la noble profession d’artisan du droit, plutôt que de se laisser tenter par les sirènes du «low cost» et du «fast-food» juridique qui se répandent sur la place publique, avec les risques et déviances que cela engendre», écrit Me Olivier Ferraz dans une lettre datée du 11 octobre.

«Lorsqu’un appelant raconte son histoire, il peut tomber sans le savoir sur l’avocat de la partie adverse, qui obtient ainsi des renseignements utiles»

Me Antonella Cereghetti, bâtonnière des avocats vaudois, explique les réticences de l’OAV, qui pointe des entorses au code de déontologie. «En s’annonçant au téléphone sous la bannière d’AvocaTel.ch, l’avocat perd son indépendance. Les avocats doivent par ailleurs s’acquitter d’une cotisation afin d’accéder au service. Autrement dit, ils paient pour accéder à des clients. C’est une forme de versement d’une commission, ce qui est prohibé par les règles de la profession.» La bâtonnière souligne le risque de conflit d’intérêts: «Lorsqu’un appelant raconte son histoire, il peut tomber sans le savoir sur l’avocat de la partie adverse, qui obtient ainsi des renseignements utiles», relève Me Cereghetti. Me Ferraz, qui a créé la société AvocaTel.ch Sàrl avec un associé actif dans l’informatique, est en outre critiqué à cause du numéro surtaxé qui pourrait lui profiter.

«Aucun gain escompté»

L’homme de loi fribourgeois se défend de chercher à se faire de l’argent au moyen de son futur service. La taxe de 2 fr. «a pour seule et unique vocation de dissuader d’éventuels appels intempestifs et/ou abusifs, qui pourraient nuire à ce système. En aucun cas un gain n’est escompté par le biais de cette taxe et nous sommes sans la moindre hésitation prêts à mettre en service un numéro gratuit en lieu et place du numéro envisagé», affirme-t-il dans sa lettre à la Fédération suisse des avocats.

Quant aux cotisations, elles servent selon Me Ferraz à couvrir la mise en œuvre du service et pourraient diminuer par la suite. «Des avocats paient pour figurer dans des annuaires ou y être bien référencés. Le référencement dont font notamment usage certains d’entre eux peut s’élever de 1700 fr. à 3000 fr. et plus par an», assure-t-il.

Reste à savoir si AvocaTel.ch aura du succès. Sa page Facebook est suivie par 340 personnes. Selon le fondateur du service, plusieurs dizaines d’avocats ont fait part de leur intérêt. Mais ils hésitent à verser leur cotisation, en attendant la prise de position des organes dirigeants de la profession.

Créé: 17.10.2017, 06h41

Le métier connaît aussi la digitalisation

Le débat autour d’AvocaTel surgit alors que la digitalisation modifie les habitudes du secteur juridique. Des sites comme divorce.ch, easydivorce.ch, jurineo.ch, skuani.ch, ou encore un dernier-né, www.law-rence.ch, créé par Me Vanja Mégevand, à Genève, participent au bouleversement. La bâtonnière des avocats vaudois, Me Antonella Cereghetti, évoque un tournant dans la pratique des avocats. Il est désormais question de «legal tech», les nouvelles technologies dans le domaine de la justice. Juriste de formation, Antoine Verdon connaît bien ces nouvelles tendances, lui qui a cofondé la Swiss Legaltech Association: «Les utilisateurs ont besoin de davantage de clarté. Les services en ligne de l’avenir sont ceux qui proposeront des services à prix fixe, une prestation pour un coût précis», explique-t-il, en citant comme exemple la vérification d’un contrat. «Le nombre d’avocats traditionnels diminuera. Mais il y aura de nouveaux besoins, par exemple du côté des cryptomonnaies», ajoute Antoine Verdon.

Articles en relation

La pub de certains avocats vaudois va-t-elle trop loin?

Publicité La pub de certains avocats sur l’annuaire local.ch jouerait avec les limites légales. La dignité de la profession est-elle en jeu? Plus...

Les avocats vaudois se dévoilent

Evénement Dès vendredi et pour une semaine, l’Ordre des avocats vaudois présente en public la vérité méconnue de la profession au Casino de Montbenon. Plus...

Un quart d'heure d'avocat gratuit

Anniversaire La permanence juridique de l’Ordre des avocats vaudois fait cadeau pendant cinq jours de ses consultations de quinze minutes pour marquer leur 35e anniversaire. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.