Passer au contenu principal

«Le Service vit mal d’être encore associé à Skander Vogt»

En novembre 2011, Sylvie Bula prenait la tête du Service pénitentiaire vaudois, alors en pleines turbulences. Sept mois plus tard, elle évoque les défis à venir

Sylvie Bula dans son bureau de Penthalaz: «L’engagement demandé aux collaborateurs est rarement reconnu.»
Sylvie Bula dans son bureau de Penthalaz: «L’engagement demandé aux collaborateurs est rarement reconnu.»
FLORIAN CELLA

En mars 2010, Skander Vogt mourrait asphyxié dans sa cellule du pénitencier de Bochuz. Le scandale éclate et entraîne un changement à la tête du Service pénitentiaire vaudois (SPEN). Sept mois après sa nomination, la nouvelle cheffe, Sylvie Bula, nous a reçu pour faire le point. Elle ne commentera pas l’événement survenu une semaine après notre rencontre – un homme s’était immolé devant le siège du SPEN – «par respect pour ses collaborateurs».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.