Passer au contenu principal

La jeune informaticienne a finalement passé sa vie au service des pêcheurs

Christiane Charenton tient le magasin Interpêche à Lausanne depuis quatre décennies.

Christiane Charenton connaît sait exactement où se trouve chacun des milliers d'articles disponibles dans son magasin de pêche à l'Avenue Louis-Ruchonnet à Lausanne
Christiane Charenton connaît sait exactement où se trouve chacun des milliers d'articles disponibles dans son magasin de pêche à l'Avenue Louis-Ruchonnet à Lausanne
Patrick Martin

«Une boîte de teignes, s’il vous plaît. Et puis des asticots blancs.» «Ah, vous, vous allez chasser la truite!» Christiane Charenton est devenue incollable, le fruit de quarante ans passés derrière le comptoir d’Interpêche, le magasin qu’elle a créé à l’avenue Louis-Ruchonnet. Au milieu des milliers de cannes, fils, appâts, et autres hameçons, elle sait exactement où dénicher le matériel qui répondra à chaque demande. «Et pourtant, quand j’ai commencé, certains me demandaient ce que je faisais là», rigole cette Parisienne arrivée à Lausanne avec ses parents à l’âge de 17 ans.

Si son père pêchait, la jeune femme ne se prédestinait pas à une carrière dans le domaine. Elle était plutôt intéressée par l’informatique et avait d’ailleurs travaillé sur l’installation du premier parc IBM à Lausanne. Mais un dépannage dans un magasin de pêche a changé sa vie. «Après quelques mois, ils m’ont demandé de leur chercher des locaux, qu’ils n’ont finalement pas voulus. J’ai alors décidé de les garder pour moi et de me lancer. C’était assez culotté!» À l’époque, le milieu était en effet exclusivement masculin: elles n’étaient que trois à avoir le permis de pêche en Suisse!

Interpêche était ainsi devenu le cinquième magasin de la capitale vaudoise spécialisé dans ce domaine; il est le dernier survivant aujourd’hui. «Récemment, j’ai eu dans mon magasin trois générations de clients en même temps: un grand-père, son fils et son petit-fils. C’était touchant!» Si beaucoup de clients sont devenus des fidèles, la patronne a toujours évité de nouer des amitiés. «Chacun dans son rôle, c’est plus simple!» Alors que l’âge de la retraite est depuis longtemps dépassé, Christiane Charenton est actuellement en bonne voie pour remettre son commerce. Ce qui devrait lui laisser enfin du temps… pour aller pêcher.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.