La jeune informaticienne a finalement passé sa vie au service des pêcheurs

Derrière le comptoirChristiane Charenton tient le magasin Interpêche à Lausanne depuis quatre décennies.

Christiane Charenton connaît sait exactement où se trouve chacun des milliers d'articles disponibles dans son magasin de pêche à l'Avenue Louis-Ruchonnet à Lausanne

Christiane Charenton connaît sait exactement où se trouve chacun des milliers d'articles disponibles dans son magasin de pêche à l'Avenue Louis-Ruchonnet à Lausanne Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Une boîte de teignes, s’il vous plaît. Et puis des asticots blancs.» «Ah, vous, vous allez chasser la truite!» Christiane Charenton est devenue incollable, le fruit de quarante ans passés derrière le comptoir d’Interpêche, le magasin qu’elle a créé à l’avenue Louis-Ruchonnet. Au milieu des milliers de cannes, fils, appâts, et autres hameçons, elle sait exactement où dénicher le matériel qui répondra à chaque demande. «Et pourtant, quand j’ai commencé, certains me demandaient ce que je faisais là», rigole cette Parisienne arrivée à Lausanne avec ses parents à l’âge de 17 ans.

Si son père pêchait, la jeune femme ne se prédestinait pas à une carrière dans le domaine. Elle était plutôt intéressée par l’informatique et avait d’ailleurs travaillé sur l’installation du premier parc IBM à Lausanne. Mais un dépannage dans un magasin de pêche a changé sa vie. «Après quelques mois, ils m’ont demandé de leur chercher des locaux, qu’ils n’ont finalement pas voulus. J’ai alors décidé de les garder pour moi et de me lancer. C’était assez culotté!» À l’époque, le milieu était en effet exclusivement masculin: elles n’étaient que trois à avoir le permis de pêche en Suisse!

Interpêche était ainsi devenu le cinquième magasin de la capitale vaudoise spécialisé dans ce domaine; il est le dernier survivant aujourd’hui. «Récemment, j’ai eu dans mon magasin trois générations de clients en même temps: un grand-père, son fils et son petit-fils. C’était touchant!» Si beaucoup de clients sont devenus des fidèles, la patronne a toujours évité de nouer des amitiés. «Chacun dans son rôle, c’est plus simple!» Alors que l’âge de la retraite est depuis longtemps dépassé, Christiane Charenton est actuellement en bonne voie pour remettre son commerce. Ce qui devrait lui laisser enfin du temps… pour aller pêcher.

Créé: 18.09.2019, 10h21

Articles en relation

Une association incite à tendre la gourde pour faire le plein d’eau

Signé Lausanne «Fais le plein» recense les fontaines et distribue des autocollants aux commerces qui abreuvent les passants. Plus...

«Moto et skate, c’est la même adrénaline»

C'est quoi ce commerce? La boutique Temple Speed Shop au Flon à Lausanne mélange les genres autour de la passion de la glisse. Plus...

Un petit marché pour le Chalet-des-enfants

Tout neuf Le réputé restaurant en pleine campagne au Mont-sur-Lausanne vient d'ouvrir un point de vente en libre-service. Plus...

La bonne odeur de pain réveille la Cité

Signé Lausanne Luisa et Laurent ont ouvert une boulangerie artisanale, L'Union des Saveurs, au pied du Château Saint-Maire. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.