Passer au contenu principal

Le Meraki offre à la Riponne son coin méditerranéen à l’heure de l’apéro

Une nouvelle enseigne propose des spécialités du sud, mais aussi des jeux de société.

Antoine Piguet et Afrim Bequa, deux des quatre associés du Meraki.
Antoine Piguet et Afrim Bequa, deux des quatre associés du Meraki.
Odile Meylan

L’idée de base, c’est un peu la notion de partage. C’est cette ligne directrice qu’ont choisie les quatre associés embarqués dans le Meraki. Juché sur la passerelle dominant le fond de la place de la Riponne, le nouvel établissement fait la part belle à l’apéro sous forme de finger food que l’on picore au milieu de la table. Des tigelles italiennes sont confectionnées sous forme de sandwiches, mais c’est l’accent grec qui domine avec des mezzés, caviar d’aubergine et feuilles de vignes. Il en va de même pour la déco, qui évite le cliché du blanc et bleu.

Mais il n’y en a pas que pour les papilles, puisque la mezzanine propose une bibliothèque bien achalandée en jeux de société. Déjà prisé à l’heure du café, le Meraki se positionne volontiers sur le moment de l’apéro. C’est en partie dû aux goûts de l’un de ses patrons, Antoine Piguet, qui tient également le XIIIe Siècle, à la Cité. Il a dégoté le bail de cet ancien bistrot en obtenant de prolonger son ouverture jusqu’en fin de soirée. «C’est un bon lieu de rendez-vous», résume le patron en évoquant la terrasse qui sera installée à l’arrivée des beaux jours. Elle sera végétalisée, promettent les tenanciers, qui comptent bien offrir à leur clientèle l’une des rares terrasses permettant de profiter du coucher de soleil en plein centre-ville.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.