Au Pin Up Bar, on déguste le menu des voisins

Signé LausanneC'est l'endroit pour boire des verres et fumer la chicha, mais même sans cuisines, on peut passer à table.

Carmela De Girolamo a créé le Pin Up Bar en 2011.

Carmela De Girolamo a créé le Pin Up Bar en 2011. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est ce qui s’appelle un échange de bons procédés. Au Pin Up Bar, en haut de la rue Marterey, il n’y a pas de cuisines, mais en plus d’y boire un verre et d’y fumer la chicha, on peut aussi y manger. «Les enseignes qui nous entourent servent surtout de la restauration rapide, mais il n’y a pas toujours assez d’espace pour s’asseoir. Ici, il y a toute la place», explique la patronne, Carmela De Girolamo.

Une entente s’est tissée au fil des années avec les tenanciers de plusieurs établissements voisins depuis l’ouverture du Pin Up Bar en 2011. Les clients s’installent, étudient le menu et vont payer dans le restaurant de leur choix, qui leur amène la commande à table. Le système ne date pas d’hier, mais le bouche-à-oreille a fini par faire son œuvre: «Nous servons une centaine de plats par soir. Ça commence à démarrer vraiment fort.» Parmi les enseignes qui jouent le jeu, on trouve Zoo Burger, situé à la porte d’à côté, le Marterey 56, et ses plats à la vapeur, le Kebab Iskender et le chinois Nihao. On peut donc se rassasier à toutes les sauces, mais toutes les boissons se commandent au bar. C.BA.

(24 heures)

Créé: 14.02.2018, 09h52

Pin Up Bar

Rue Marterey 31, Lausanne, Tél. 021 311 33 33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...