Six cures mises en vente par le Canton

PatrimoineL’État espère tirer entre 6 et 8 millions en vendant ses maisons de pasteurs. Ce produit devrait servir à entretenir ses autres demeures historiques.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement compte vendre les six cures, actuellement inoccupées, d’Aigle, Ballens, Chesalles-sur-Moudon, La Chaux-de-Sainte-Croix, Mont-la-Ville et Suchy. Pour le Canton, ces bâtiments construits ou acquis après 1845 ne font pas partie des bâtiments construits entre le XVIe et le XIXe siècle par les autorités bernoises ou vaudoises. Considérées comme étant sans «valeur historique prépondérante», elles ne répondent plus non plus à aucune mission d’Église ou d’État. Entre 6 et 8 millions de francs sont attendus de cette vente, qui participera à l’entretien des 130 cures restant en mains publiques. Les communes intéressées devraient avoir la priorité dans cette vente par appel d’offres public.

La vente des bijoux de famille va susciter des réactions. Patrimoine Suisse a lancé, en 2017 déjà, une pétition s’opposant à cette démarche. Cette dernière devra en outre obtenir l’aval du Grand Conseil. En 2006, le Canton avait déjà amassé près de 16 millions en vendant 18 maisons de pasteurs. Celles-ci ne représentaient pas d’intérêt patrimonial, avait-on jugé à l’époque.

«Cahier de sauvegarde»

La situation est différente pour les six nouvelles cures mises en vente. Si elles n’ont pas de valeur historique, elles en ont du point de vue patrimonial. Deux d’entre elles sont en effet recensées en note 2 (importance cantonale). Il s’agit des cures d’Aigle et de Mont-la-Ville. Celles de Chesalles-sur-Moudon et Suchy le sont en note 3 (intérêt local) et les deux autres en note 4.

Afin d’assurer le suivi patrimonial de ces bâtiments, le Canton établira un «cahier de sauvegarde» à l’attention des acquéreurs. Mais la mesure la plus forte est le classement des cures d’Aigle et de Mont-la-Ville, qui deviendraient ainsi des monuments historiques. Par ailleurs, les deux autres bâtiments notés 3 seront inscrits à l’inventaire. Ces mesures de conservation devraient préserver ces immeubles de toute transformation exotique. À cette contrainte s’ajoute encore la vétusté de certaines bâtisses. Le Canton a estimé à 1,5 million les investissements nécessaires dans ce lot. À elle seule, la cure de La Chaux-de-Sainte-Croix aurait besoin de travaux se montant à 1 million, détaille le Canton dans sa réponse à une interpellation inquiète du député Vassilis Venizelos.

Créé: 21.03.2019, 16h22

Articles en relation

Vingt cures vaudoises sont encore à vendre

Patrimoine religieux Acquérir une ancienne demeure de pasteur est possible. L’État de Vaud veut en céder vingt, malgré les critiques. Il privilégie les Communes avant les particuliers. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...