Les socialistes sont les perdants du parlement

VD2017Avec le recul de la gauche, les centristes confirment leur rôle de faiseurs de majorité.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le coup est rude pour le Parti socialiste, perdant de l’élection du Grand Conseil dimanche. Entre 2012 et cette année, il a perdu quatre sièges de députés, pour aboutir à 37 élus. Les Verts et la gauche radicale compensent en partie ce recul. Au final, un seul siège a changé de bloc: la droite reste à 74 députés sur 150, la gauche passe de 64 à 63 élus et les partis centristes voient leurs résultats augmenter de 12 à 13 places. Ces centristes (Vert’libéraux, démocrates-chrétiens et Vaud Libre) renforcent leur statut de faiseurs de majorité, acquis dans le contexte de cohabitation depuis 2012.

Transfert au sein de la gauche

Avec un taux de participation de 38,9%, ce n’est donc pas un parlement chamboulé qui est sorti des urnes. Le PS a dû céder trois sièges à ses alliés: deux aux Verts dans l’Ouest lausannois et à Lausanne, un à la gauche radicale sur la Riviera. Le quatrième, celui du Pays-d’Enhaut, revient à l’UDC. Avec le départ de son titulaire actuel Philippe Randin, ce siège était difficile dans une région plutôt à droite, selon Gaétan Nanchen, le secrétaire général du PS. «Sinon, il s’agit principalement d’un transfert de sièges au sein de la gauche, ajoute-t-il. Notre objectif était d’éviter une majorité absolue UDC – PLR et ça a fonctionné.»

Quant aux Verts, leur remontée ne leur permet pas de revenir à leurs 24 places de 2007. «Mais je suis convaincu que les Verts ont une longueur d’avance sur leurs thématiques, et le travail de terrain porte ses fruits», commente Vassilis Venizelos, leur chef de groupe.

La droite ne pavoise pas, car elle aura toujours besoin des centristes pour créer des majorités. Beaucoup d’interrogations demeurent, après un coup de sac relatif dans les députés du centre (lire ci-dessous). «Le centre a changé», souligne Philippe Miauton, secrétaire général du PLR. «Il y a la volonté des Vert’libéraux d’être plus droitiers. Mais le résultat est difficile à dire sans connaître les visages de tous les députés centristes.» Kevin Grangier, son homologue de l’UDC, abonde: «Certains ténors des partis du centre n’ont pas été réélus, comme la Vert’libérale Graziella Schaller ou le démocrate-chrétien Michele Mossi. Nous devrons voir qui sont ces gens, quelle sera leur dynamique. Ils étaient déjà incontournables il y a cinq ans. Ils le sont encore plus.»

Affaires de personnes à l’UDC

Au total, l’UDC perd quatre sièges (un à Lausanne, un à Yverdon et deux sur la Riviera), mais en gagne deux dans le même temps (Nyon et Pays-d’Enhaut). Les quatre pertes ont en commun des affaires de personnes, à en croire Kevin Grangier: les affaires Voiblet et Despot à Lausanne et Vevey, ainsi que l’opposition de la section UDC du Jura-Nord vaudois qui ne voulait pas voir figurer Jacques Nicolet sur sa liste au Grand Conseil. Résultat: la section a dû batailler face au PLR qui alignait Pascal Broulis et le PS qui présentait Cesla Amarelle.

A noter que les scores de la gauche sont en hausse depuis les élections fédérales de 2015: 24,29% pour le PS (+ 2,08%) et 14,16% pour les Verts (+ 2,91%). Ceux de la droite diffèrent diamétralement. Le PLR engrange 31,28% contre 26,83% aux fédérales. L’UDC, elle, décline de 22,56% à 15%. Pour Philippe Miauton, les deux élections ne sont pas comparables: «Soit ce sont deux populations différentes qui votent, soit elles votent différemment au niveau cantonal et fédéral.» (24 heures)

Créé: 30.04.2017, 22h53

Réactions

Kevin Grangier, Secrétaire général de l’UDC Vaud

Certains ténors des partis du centre n’ont pas été réélus, comme la Vert’libérale Graziella Schaller ou le démocrate-chrétien Michele Mossi. Nous devrons voir qui sont ces nouvelles personnes, quelle sera leur dynamique. Les centristes étaient déjà incontournables il y a cinq ans. Ils le sont encore plus.

Gaétan Nanchen, Secrétaire général du Parti socialiste vaudois

Il s’agit principalement d’un transfert de sièges au sein de la gauche. Notre objectif était d’éviter une majorité absolue UDC – PLR et cela a fonctionné.

Philippe Miauton, Secrétaire général du Parti libéral-radical vaudois (PLR)

Le centre a changé. Il y a la volonté des Vert’libéraux d’être plus droitiers. Mais le résultat est difficile à analyser sans connaître les visages exacts des nouveaux députés.

Isabelle Chevalley, Parti vert’libéral, Elue au Grand Conseil

Il y a quelques temps, on nous a enterrés parce que nous n’étions pas dans l’Alliance du Centre. On fait sept sièges au Grand Conseil, comme en 2012. C’est la preuve qu’il y a une place pour l’écologie de droite dans ce canton

Le centre progresse un chouïa

Les partis du centre suscitaient toute l’attention de la classe politique cette année, car leur stratégie différait de 2012. Mais de bouleversement, il n’y en a pas eu pour autant. Même regroupés dans une coalition plus forte et soudée que jamais, les cinq partis de l’Alliance du Centre – soit le PDC, Vaud Libre, le PBD, le Parti évangélique et l’UDF – n’ont pas décroché plus de sièges qu’ils n’en occupent actuellement. Ils débuteront donc la législature avec six élus (quatre Vaud Libre et deux PDC, l’inverse du groupe actuel). Six, c’est tout de même un de mieux que leur résultat de 2012. Durant la législature, le ralliement du PLR Serge Melly à Vaud Libre a en effet permis aux centristes de gagner un siège. Qu’ils ont donc confirmé dans les urnes hier. «On ne va pas crier victoire plus que de raison, commente Emmanuel Gétaz, président de Vaud Libre. Disons qu’en 2012, nous avions le poids politique de cinq sièges et aujourd’hui, de six. Globalement, on voit qu’il y a une grande stabilité dans ces élections et que les Vaudois sont très contents de leurs autorités. L’élection était difficile car très verrouillée, et je pense que les médias ont participé à l’euthanasie du débat.»

Les Vert’libéraux avaient choisi de rompre avec l’Alliance du Centre l’été dernier dans l’optique – vaine – d’un rapprochement avec le PLR et l’UDC pour l’élection au Conseil d’Etat. De leur côté, l’accent est plus triomphaliste. Car même en étant plus esseulé qu’il y a cinq ans, le parti reconduit en effet ses sept sièges décrochés en 2012 et regagne au passage celui perdu en cours de route par le transfert de Lena Lio à l’UDC. «On nous a enterrés trop vite, lance la conseillère nationale Vert’libérale Isabelle Chevalley, élue au Grand Conseil. En 2012, on mettait notre score sur le compte de l’effet Fukushima. Eh bien, on voit aujourd’hui qu’il y a bel et bien une place pour l’écologie de droite dans ce canton. C’est une très grande satisfaction.»

Avec six et sept sièges, l’Alliance du Centre et les Vert’libéraux pourront donc former un groupe chacun au Grand Conseil.

Articles en relation

La droite en forme pour un «vrai» second tour

Elections cantonales Le PLR et l’UDC veulent croire à la force de leur alliance. Mais les Vert’ libéraux pourraient s’inviter. Plus...

Revivez la journée d'élection des autorités vaudoises

Les Vaudois aux urnes Les Vaudois ont choisi ce dimanche la composition du Conseil d'Etat et du Grand Conseil. Réactions, résultats, vidéos, vous retrouverez tout le premier tour dans ce live. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...