Passer au contenu principal

Bertrand Piccard et André Borschberg ont «des papillons dans le ventre»

Lundi matin, l’avion solaire décollera d’Abu Dhabi. Les deux aventuriers avouent leur peur avant le grand départ

Dimanche, André Borschberg (à gauche )a tenu sa dernière conférence de presse avant le tour du monde en avion solaire qu'il effectuera avec Bertrand Piccard (à droite), en présence du CEO de Masdar et Nicolas Bideau de Présence suisse.
Dimanche, André Borschberg (à gauche )a tenu sa dernière conférence de presse avant le tour du monde en avion solaire qu'il effectuera avec Bertrand Piccard (à droite), en présence du CEO de Masdar et Nicolas Bideau de Présence suisse.
C. DU.

Il y avait beaucoup d’émotion, dimanche sur le tarmac de l’aéroport d’Al Bateen, à Abu Dhabi. Devant une cinquantaine de médias du monde entier, Bertrand Piccard et André Borschberg ont annoncé leur départ, demain matin à 6 h 30 (3 h 30 en Suisse), si la météo reste au beau fixe.

Il ne restait alors plus que dix-huit heures à toute l’équipe pour relever un défi hors normes, réaliser un tour du monde en avion, uniquement grâce à l’énergie solaire. Une première mondiale. «Je sens que je vais pleurer comme un enfant demain sourit Bertrand Piccard. On ne réalise pas et je pense que même après l’atterrissage, dans cinq mois, ce sera pareil. On devra se pincer pour y croire!»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.