Passer au contenu principal

SolidaritéS s’oppose à Dieudonné mais aussi à sa censure

Le parti critique l’humoriste, présent jusqu’à dimanche à Nyon, mais rejette l’idée d’interdir ses spectacles.

L'humoriste français donnera à Nyon, du 4 au 6 janvier, son spectacle intitulé «En vérité».
L'humoriste français donnera à Nyon, du 4 au 6 janvier, son spectacle intitulé «En vérité».
AFP

Il faut laisser Dieudonné jouer mais ne pas aller le voir. C’est, en quelque sorte, le sens du message publié le 1er janvier par SolidaritéS alors que l’humoriste controversé présentera, dès ce soir et jusqu’à dimanche, son spectacle «En vérité» au Théâtre de Marens, à Nyon.

«SolidaritéS s’oppose à l’interdiction des spectacles de Dieudonné, car nous ne voulons pas en faire un martyr de sa cause nauséabonde ni restreindre encore la liberté d’expression, indique le parti. Face à Dieudonné et consorts, nous luttons et continuerons à lutter contre les mouvements d’extrême droite et contre toutes les formes de racisme, d’antisémitisme et d’islamophobie.»

Et le parti d’affirmer que «Dieudonné a beau se dire indépendant, il est en réalité très lié aux secteurs de l’extrême droite. […] Sa posture pseudo-antisystème est en fait strictement antisémite, et dans ses interventions toute dénonciation réelle des dynamiques du capitalisme et de l’impérialisme est évidemment complètement absente.»

Avant SolidaritéS, d’autres avaient pris position sur les cinq spectacles – dont deux déjà complets – que doit donner Dieudonné entre vendredi et dimanche. La Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD) tout comme le Parti nationaliste suisse (PNS) ont indiqué qu’ils se rendraient à Nyon. La CICAD pour s’assurer que les propos ne violent pas l’article 261 bis du Code pénal, qui condamne l’appel à la haine, le PNS «pour emmerder la CICAD et pour la totale liberté d’expression».

«Les propos racistes ou discriminatoires ne sont pas libres d’expression et, s’il devait y en avoir, ils déclencheraient une action de la CICAD, Dieudonné le sait», prévient Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de l’organisation. Malgré ce climat houleux, la Ville de Nyon n’entend pas interdire les représentations prévues ce week-end. Injoignable jeudi, la municipale de la Sécurité, Roxane Faraut Linares, indiquait il y a quelques jours que ce spectacle «n’est pas polémique».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.