Passer au contenu principal

Les Vaudois sont plus crédules que la moyenne suisse

61% des Vaudois croient aux pouvoirs de guérison, 43% à la vie après la mort. Seuls 8% fréquentent un lieu de culte. Paradoxe?

Les chiffres permettent d’appréhender des réalités contrastées. Il en va ainsi des croyances, que l’Office fédéral de la statistique a tenté d’étudier au travers d’un recensement. Son homologue vaudois en a tiré un bulletin publié lundi. Il montre que la spiritualité fait bien partie de la vie des Vaudois. Ainsi, 47% des personnes sondées se définissent comme des personnes spirituelles et près d’un tiers comme des personnes religieuses. Mais ils ne sont que 8% à fréquenter un lieu de culte.

Pour Statistique Vaud, la démarche démontre que les habitants du canton accordent une certaine importance à la spiritualité. Auprès des Eglises, le constat est du même ordre. «Ces chiffres confirment ce que peuvent observer les responsables religieux de paroisses, commente Jean-Brice Willemin, porte-parole de l’Eglise catholique dans le canton de Vaud. Les demandes liées aux grands événements de la vie (baptêmes, communions ou funérailles) proviennent d’un cercle bien plus large que celui des fidèles.»

Au dire des sondés, c’est en cas de maladie ou dans «les moments difficiles de la vie» (53%) que la religion ou la spiritualité gagnent en importance. On y a moins recours en matière de sexualité (15%) ou de choix politiques (13%).

«On constate que les questions de croyance dépassent celles de la religion», résume Claudio Bologna, chef de projet à Statistique Vaud. Ainsi, les Vaudois semblent plus disposés à certaines croyances que d’autres. C’est le cas pour 60% des sondés, qui pensent que certaines personnes possèdent un don de guérison ou de voyance (49% pour la moyenne suisse).

Ce don ne semble pas être d’origine divine puisque seuls 23% des personnes croient en une «puissance supérieure». La représentation d’un «Dieu unique» est la plus partagée (42%). Plongés dans le doute, les agnostiques représentent 18% des sondés vaudois. Parmi les plus jeunes, la catégorie des 15-34 ans regroupe les plus dubitatifs (23%). Ils sont 18% à se revendiquer athées. Enfin, les femmes pensent, davantage que les hommes, qu’une force supérieure guide notre destinée (57% contre 43%).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.