SUD repart en croisade pour les profs

FormationLe syndicat s’en prend aux freins salariaux jugés inéquitables dans l’enseignement professionnel.

Les écoles professionnelles (ici, l'ERACOM) employent des maîtres aux statuts et aux traitements différents qui font souvent le même travail, dénonce SUD.

Les écoles professionnelles (ici, l'ERACOM) employent des maîtres aux statuts et aux traitements différents qui font souvent le même travail, dénonce SUD. Image: ODILE MEYLAN/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le syndicat SUD n’en a pas fini avec les salaires des profs de l’enseignement professionnel. Après avoir obtenu de premières victoires pour les maîtresses ICA (informatique, communication et administration), le Syndicat vaudois des maîtres·ses de l’enseignement professionnel (SVMEP) -filiale de SUD- élargit son combat à l’ensemble des enseignants porteurs d’un brevet, d’une maîtrise ou d’un diplôme HES.

Depuis la cure d’austérité des années 90, ces derniers, colloqués en classes 10 et 11, ne bénéficient plus du «cliquet», à savoir de la promotion dans une classe supérieure après un certain nombre d’années. Voilà pourtant plus de dix ans que l’État est revenu à meilleure fortune et le retour du «cliquet» n’est toujours pas d’actualité.

Le SVMEP s’insurge aussi de l’inadéquation entre la réalité au quotidien du métier de maître professionnel et le cahier des charges censé définir ses tâches. «Si nous nous en tenions au descriptif contenu dans le cahier des charges des enseignants des classes 10 et 11, les écoles ne tourneraient simplement plus», assène José Daniel Pernas, du comité de la SVMEP.

Hypocrisie dénoncée

Les maîtres dénoncent en outre une hypocrisie qui permet que des maîtres de classe 12 (issus de la filière universitaire) fassent le même travail dans les mêmes écoles techniques et se voient mieux payés. Aristides Pedraza, également membre du comité, se scandalise de la distinction énoncée il y a quelques années par le département entre l’«intelligence de la main» et celle de la tête, dont on devine aisément laquelle a le plus de valeur.

Aux yeux des syndicalistes, la «discrimination» entre les employés du monde technique et ceux du monde académique continue alors que le Conseil d’État ne parle que de revaloriser la formation professionnelle.

Ils demandent dès lors à négocier avec la délégation du Conseil d’État aux Ressources humaines afin d’obtenir ce «cliquet» pour les classes 10 et 11. La revendication leur semble d’autant plus pertinente que le métier se complique. Les profs évoquent des classes «hyperhétérogènes» composées sur le principe de l’inclusion, comme à l’école obligatoire. Or, contrairement au secteur obligatoire, les écoles professionnelles n’ont pas d’enseignants spécialisés en appoint dans les classes pour les élèves à besoins particuliers.

Créé: 12.02.2020, 16h55

Articles en relation

Un collectif d'enseignantes fait la grève des notes

Vaud Des enseignantes ICA contestent le traitement que leur réserve le Conseil d’État. Plus...

Cesla Amarelle plaide pour la voie des métiers

Ecoles L’élue annonce des mesures en faveur de l’apprentissage et fait le bilan du travail déjà engagé. Plus...

Injustice salariale rectifiée après 10 ans de lutte

Vaud Une enseignante a gagné au tribunal. L’État doit corriger une iniquité qui touche des femmes de l’école professionnelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.