Passer au contenu principal

Le syndicat se démène sur le campus et au Château

En attendant le référendum des étudiants sur les aides d’urgence, SUD tente d’obtenir un soutien des autorités universitaires et cantonales.

Les étudiants voteront sur le montant de l'aide attribué par le Fonds de solidarité étudiant de leur association faîtière.
Les étudiants voteront sur le montant de l'aide attribué par le Fonds de solidarité étudiant de leur association faîtière.
Philippe Maeder - A

Le syndicat SUD Étudiant·e·s et Précaires a lancé sa campagne en vue du référendum à l’Université de Lausanne (UNIL). Il faisait part, ce jeudi, des courriers envoyés aux autorités cantonales et universitaires afin que des fonds soient «débloqués». «N’oubliez pas de voter contre la baisse de 580 à 500 fr., incite le communiqué de SUD. Une fois le référendum gagné, nous vous assurons que nous trouverons l’argent…»

Cette promesse syndicale vise à éviter que l’aide d’urgence ne diminue de 80 fr. Une décision prise par la FAE (la fédération qui regroupe les associations estudiantines) afin que son budget lui permette d’aider un plus grand nombre d’étudiants.

Pour le syndicat, la décision est lourde de conséquences, puisqu’elle touche les plus fragiles. Son courrier au Conseil d’État demande des assurances afin que «personne ne soit exclu de l’université pour des raisons financières». Rappelant que l’UNIL est une institution bénéficiaire, les syndicalistes formulent également une demande d’aide financière en faveur de la FAE.

Résultat de cette consultation au sein de l’UNIL: le 5 novembre.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.