«Le tabou des règles est un formidable instrument de domination des femmes»

SociétéÉlise Thiébaut, auteure de «Ceci est mon sang» et partisane de la révolution menstruelle, participe à un forum public au CHUV visant à briser le silence et les fausses croyances.

Élise Thiébaut, journaliste et auteure du livre «<i>Ceci est mon sang, Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font</i>» (Editions la Découverte, 2017) sera présente le 7 mars à Lausanne.

Élise Thiébaut, journaliste et auteure du livre «Ceci est mon sang, Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font» (Editions la Découverte, 2017) sera présente le 7 mars à Lausanne. Image: Francesco Gattoni/La Découverte

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les règles, considérées à tort depuis des millénaires comme sales et impures, occupent en moyenne 2500 jours dans la vie des femmes. La Française Élise Thiébaut, auteure de Ceci est mon sang . Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font (Éditions La Découverte), participe, le 7 mars au CHUV, à une table ronde publique visant à démystifier les menstruations.

Pourquoi parler des règles met mal à l’aise?
C’est l’un des tabous les plus anciens de l’histoire. L’interdiction d’avoir des relations sexuelles pendant ses règles, presque universelle, remonte à la préhistoire. Je pense qu’elle est aussi centrale que le tabou de l’inceste: en reportant les relations sexuelles au moment de fertilité maximum, elle a garanti la survie de l’espèce. Tout cela a conduit à l’idée que les femmes sont impures quand elles ont leurs règles.

Comment expliquer que ce tabou perdure?
Parce que c’est un outil d’oppression des femmes très efficace. Si l’on est persuadée d’être impure et dégoûtante un quart du mois environ durant quarante ans, on perd beaucoup en estime de soi. On va moins revendiquer, moins s’épanouir et rester plus facilement dans une position de soumission. Le fait que les femmes se sentent mal à l’aise avec leur corps est un instrument de domination formidable. Pathologiser le cycle menstruel, phénomène naturel et signe de bonne santé, est une manière de les rabaisser.

Ce qui est donc en jeu, c’est l’émancipation féminine?
Tout à fait. Le sujet est intimement lié à la condition des femmes dans la société patriarcale. En parler librement est un mouvement de réappropriation de notre corps: «C’est mon corps, c’est moi qui choisis ce que j’en fais et comment je le vis.» Cela brise l’illusion selon laquelle ce que nous vivons tous les mois, de la puberté à la ménopause, n’existe pas. De nombreuses femmes ont un sentiment de honte; elles utilisent des ruses pour ne pas parler de leur état. Selon les dernières études, 60% d’entre elles sont dans le déni des manifestations des règles. Le tabou s’exerce donc contre les femmes. Il les affecte dans leur bien-être et leur santé. L’endométriose (ndlr: règles douloureuses) touche 15% à 20% des femmes. C’est parce que le sang menstruel est tabou qu’on les a laissé souffrir sans leur apporter le moindre soulagement… C’est aussi pour cette raison qu’on vend des tampons et des serviettes imprégnés de dioxine et de parfum toxique. Il est essentiel, pour l’émancipation, de sortir du registre de la honte et de l’impureté.

Dans le milieu professionnel, tout particulièrement, le sujet est tu.
Essayez d’aborder publiquement la question au travail. Vous avez des chances de vous faire rabrouer par un «j’aurais préféré ne pas le savoir» ou «vos histoires de bonnes femmes ne m’intéressent pas.» On risque aussi de passer pour une faible, une «chochotte»… Plus la stigmatisation des symptômes menstruels est forte dans un milieu, plus ces symptômes sont difficiles à vivre pour la personne. Jusqu’à devenir insupportables, parfois.

On observe un véritable «activisme menstruel» dans le milieu artistique, les médias et les réseaux sociaux. Une révolution est-elle en marche?

Oui, je crois. On observe une vague mondiale pour en finir avec ce tabou. Je pense par exemple à ce dessin montrant une patineuse avec une tache de sang entre les cuisses (ndlr: de l’artiste Liv Strömquist). Ou à la nageuse chinoise Fu Yuanhui qui a expliqué avoir mal nagé aux JO parce qu’elle avait ses règles. Les choses ont énormément avancé dans les nouvelles générations. Mais le changement va prendre du temps.

Forum public «Le tabou des règles»,
le 7 mars de 18 h à 20 h au CHUV (auditoire Mathias Mayor).

Table ronde avec Élise Thiébaut, une sage-femme, des médecins et la cheffe du Bureau vaudois de l’égalité. Entrée libre. (24 heures)

Créé: 06.03.2018, 06h59

Où et quand ?

Forum public
«Le tabou des règles»
le 7 mars de 18 h à 20 h
CHUV, auditoire Mathias Mayor

Articles en relation

Des marraines d'allaitement à la rescousse des mères de prématurés

Santé Le Service de néonatologie du CHUV organise des rencontres entre mamans d’enfants nés avant le terme. Le but: créer un lien entre des femmes qui vivent la même épreuve. Plus...

Enfin des lits pour veiller son enfant en pédiatrie

CHUV Finis, les fauteuils inconfortables. Les chambres du futur Hôpital des Enfants seront pourvues de banquettes pour les parents qui dorment sur place Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...