Passer au contenu principal

Des tabous alimentaires dans deux EMS vaudois

Les difficultés financières d'une fondation tenue par les Eglises adventistes du septième jour révèlent une pratique qui amènera l'Etat à intervenir.

Les repas des 89 résidents de La Girarde (sur cette photo) et du Flon sont conçus en fonction des préceptes adventistes.
Les repas des 89 résidents de La Girarde (sur cette photo) et du Flon sont conçus en fonction des préceptes adventistes.
PATRICK MARTIN

Au menu de La Girarde, il n’y a jamais de porc ni de cheval, pas davantage de lapin, de crustacés ou de poisson sans écailles. Et le verre de vin n’est pas servi aux pensionnaires par la maison. Tout juste ce petit plaisir est-il toléré si la bouteille est apportée par la famille des résidents.

C’est la seule dérogation au règlement de cet EMS qu’a obtenue la Commune d’Epalinges lorsqu’elle a accordé un droit de superficie sur un terrain d’environ 5000 m2 à la Fondation du Relais pour la construction d’un nouvel établissement. Grâce à un investissement de 20 millions de francs entièrement pris en charge par l’Etat, la résidence La Girarde a été inaugurée le 6 février 2012 en présence du conseiller d’Etat socialiste Pierre-Yves Maillard. En surplomb du pont qui traverse la route de Berne depuis le centre d’Epalinges, ses trois ailes cubiques offrent des chambres lumineuses à 62 pensionnaires.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.