Passer au contenu principal

Les taureaux dans les pâturages ne sont pas plus dangereux que les autres bovins

Réunir vaches et taureaux pour favoriser la reproduction naturelle est toujours plus fréquent. Les randonneurs n’ont rien à craindre. A condition de respecter les règles de conduite à avoir en présence de bétail.

Alain Rouèche

Adepte de randonnées pédestres, Carine Landolt a eu la peur de sa vie, il y a deux semaines. Alors qu’elle se baladait sur un sentier près du Mollendruz, elle s’est trouvée nez à nez avec une quarantaine de vaches. Et un taureau!

La présence de ces mâles dans les pâturages n’est en soi pas nouvelle, précise Christian Aeberhard, du Service de l’agriculture vaudois. «En revanche, ce qui a changé, c’est leur plus grand nombre.» Pour plusieurs raisons, notamment la préférence du consommateur «pour de la viande issue de production naturelle», les vaches allaitantes en pâturages ont en partie remplacé les vaches laitières dans l’agriculture suisse. Or, pour assurer la descendance de ces troupeaux allaitants, on laisse souvent le taureau flirter en toute liberté avec ses femelles, pour une fécondation on ne peut plus naturelle.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.