Passer au contenu principal

Les socialistes vaudois donnent leur préférence à Cesla Amarelle

La conseillère nationale yverdonnoise figurera sur le ticket aux côtés de Nuria Gorrite et Pierre-Yves Maillard.

Cesla Amarelle a été retenue sur le ticket socialiste.
Cesla Amarelle a été retenue sur le ticket socialiste.
ARC Jean-Bernard Sieber

Quelque 500 socialistes vaudois sont venus, samedi à Clarens, élire leur troisième candidate pour l’élection au Conseil d’Etat. Après de nombreux discours et un long suspense, les délégués ont voté à bulletins secrets. Ils devaient porter leur choix sur l’une des trois candidates à l’investiture (notre édition du 12 janvier), Roxanne Meyer Keller, Fabienne Freymond Cantone ou Cesla Amarelle. Cette dernière l’a emporté haut la main dès le premier tour de scrutin avec 268 voix sur 462.

Dans les clameurs, la désormais candidate a remercié le congrès avant de saluer l’ “extrême fair play” de ses deux concurrentes avec lesquelles elle a dit avoir “beaucoup appris”. Acceptant le résultat avec dignité et résilience, les deux perdantes ont quant à elles appelé les militants à “se battre” pour une élection qui ne sera, jugent-elles, pas facile.

Avant ce dénouement, le congrès a également plébiscité les candidatures de Nuria Gorrite et Pierre-Yves Maillard. Ce dernier se lance pour une dernière législature. Le président du Conseil d’Etat a longuement appelé le parti à l’unité. Il est revenu sur les événements de ces dernières semaines où les camarades se sont déchirés par presse interposée.

Après avoir dénoncé les “sornettes et les malveillances” qu’il dit avoir trouvées dans les articles, Pierre-Yves Maillard a fait valoir que son appel à laisser davantage de place aux “travailleurs de base” sur les listes électorales n’était que l’expression de son credo socialiste. “Mes déclarations n’avaient rien à voir avec un reproche à ceux qui ont fait des études”, a-t-il précisé.

Les deux sortants du Conseil d’Etat ont en outre mis l’accent sur les valeurs socialistes qui, disent-ils, doivent encourager les camarades à se battre face à une droite qui rêve de revanche. Pour Nuria Gorrite, il s’agit de faire prospérer plus avant les réformes engagées par le parti sur l’accueil de jour, la formation des jeunes ou le logement. “Notre parti n’a jamais eu avec lui les forces de l’argent, ni l’idéologie dominante. Il s’agit de continuer notre combat pour l’égalité.” Ce congrès met fin à des semaines de suspense. Désormais la campagne pour les élections cantonales peut commencer.

----------

Live

17h30: Les résultats tombent enfin! La conseillère nationale Cesla Amarelle est choisie au premier tour. Le congrès laisse échapper des cris de joie.

466 bulletins délivrés 4 bulletins nuls Majorité absolue: 232 voix Cesla Amarelle: 268 voix Fabienne Freymond Cantone: 121 voix Roxanne Meyer Keller:73 voix

16h30: Avant de passer au vote, les soutiens des candidates montent à la tribune. Cesla Amarelle peut compter sur les votes d'Arnaud Bouverat, Marlyse Dormond, Josiane Aubert ou encore Michel Béguelin. Ada Marra et Grégoire Junod voteront pour Fabienne Freymond Cantone. Roxanne Meyer Keller est soutenue notamment par les députés Brigitte Crottaz et Philippe Randin.

16h00: Les candidates répondent aux questions du public:

Cesla Amarelle défend son soutien au fonds Forta. Par ailleurs, elle souhaite que le PS vise toujours une place en garderie pour chaque enfant.

Fabienne Feymond Cantone explique que le liens avec les syndicats est important.

Roxanne Meyer Keller admet qu'elle n'a jamais mené de combat syndical.

15h15: Cesla Amarelle, Roxanne Meyer Keller et Fabienne Freymond Cantone se succèdent à la tribune. Elles ont toutes eu leur standing ovation

15h00: Nuria Gorrite et Pierre-Yves Maillard seront sur le ticket socialiste. Le congrès approuve la décision (à l’exception de la Jeunesse socialiste)

14h45: Populisme, voile, manipulation de candidates, autoritarisme, Pierre-Yves Maillard règle quelques comptes à la tribune du congrès.

Ecoutez son discours:

14h30: Nuria Gorrite monte à la tribune. Elle rappelle notamment les principes de base de la vie du gouvernement: confiance, loyauté et écoute. Pour la conseillère d'Etat, sa politique de gauche est incarnée par la hausse des investissements et l'augmentation des places d'accueil de jour.

14h00: Le congrès du parti socialiste vaudois débute à la salle du pierrier. Les militants sont venus en masse, près de 500 délégués. Lors du vote sur la dérogation de Pierre-Yves Maillard en septembre à Lausanne, ils étaient 341 votants. La conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon est excusée.

Il faudra patienter avant que les choses sérieuses commencent. Les discours de bienvenue du syndic de Montreux, Laurent Wehrli et de la présidente de la section locale du parti, Irina Gote sont programmés avant les désignations des candidats au Conseil d'Etat.

----------

Avant-papier

Les socialistes veulent s'assurer de conserver une majorité de gauche au Conseil d’Etat vaudois lors des élections du 30 avril et du 21 mai prochains. Ils présenteront trois candidats. La désignation des sortants, Nuria Gorrite et Pierre-Yves Maillard, devrait être une simple formalité. De plus, le congrès d’Aigle a déjà formalisé une allianceavec les Verts sur un ticket à quatre noms (avec la conseillère d’Etat écologiste Béatrice Métraux).

L'enjeu du congrès de Clarens est donc le choix de la troisième candidate socialiste. Elles sont trois à jouer des coudes en coulisse. La conseillère nationale Cesla Amarelle, ancienne présidente du parti cantonal, a tout pour être la candidate naturelle du parti. Elle a pratiqué la politique suisse à tous les niveaux, possède un solide réseau, une connaissance fine des dossiers nationaux, elle n'évite pas les confrontations et le sang socialiste coule dans ses veines (le prénom Cesla est l'abréviation de Communauté des Etats socialistes latino-américains).

En 2010, Cesla Amarelle se fait même réélire à la présidence du parti par standing ovation du congrès. Pourtant, aujourd'hui, elle n'est pas sûre d'être sur le ticket. Pourquoi? Que lui reproche-t- on? Face à la presse… pas grand-chose. Trop marquée à gauche avec ses combats sur l'asile, elle pourrait peiner à récolter des voix au centre et à droite. Des voix indispensables pour conserver la majorité au Conseil d’Etat.

Dans les coulisses, par contre, les langues se délient. La femme a du caractère et ne se laisse pas facilement imposer des vues. Elle pourrait bousculer la routine installée au sein du gouvernement vaudois. Plus discrète, la nouvelle syndique d'Avenches, Roxanne Meyer Keller, plaît aux élites du parti, Pierre-Yves Maillard et Géraldine Savary en tête. Son parcours non universitaire et son éloignement de Lausanne en font une candidate idéale pour aller chercher des voix dans l'arrière-pays.

Dans ce duel à distance, Fabienne Freymond Cantone peut jouer la carte du consensus. Municipale à Nyon et députée depuis 2002, elle connaît les arcanes de la politique vaudoise.

A lire: Ces roses qui hésitent à présenter leur vraie star

Comment se déroulera le vote?Les deux sortants évitent le vote à bulletins secrets. Nuria Gorrite et Pierre-Yves Maillard parleront à la tribune, puis le congrès votera pour les deux candidats ensemble.

Les trois candidates, elles, seront présentées par un membre de leur section. Puis elles feront un discours. Sur tirage au sort, une poignée de délégués pourront poser des questions aux prétendantes. Finalement, deux soutiens par candidate prendront la parole.

Le vote se jouera à bulletins secrets, les deux premiers tours à la majorité absolue et le troisième à la majorité simple.

A lire: la dernière ligne droite d’une drôle de primaire

Le programme socialiste pour les cantonales est, lui, déjà sous toit. Le PS met quatre mesures en avant:

  • Lutte contre le chômage: offre systématique d’emplois temporaires subventionnés de 10 à 12 mois pour les chômeurs de plus de 55 ans
  • Logements abordables: 20% de logements d'utilité publique dans les nouvelles constructions
  • Égalité des salaireset congé paternité: soutenir les entreprises qui auraient un écart salarial de moins de 5% et instauration d'un congé paternité de 20 jours
  • Effets pervers de la libre circulation: renforcer les contrôles contre le travail au noir et la sous-enchère salariale

Par ailleurs, les socialistes ne renoncent pas à la création d'une caisse publique cantonale d'assurance maladie. Ils souhaitent également créer une assurance de soins dentaires. Sur le front de l'asile, le parti veut augmenter les places d’accueil pour les réfugiés mineurs non accompagnés et propose d'occuper les requérants d’asile en favorisant leur emploi. Le PS demande également d'ajouter des crèches lors des constructions d’EMS, de lutter contre la possession d’armes à la maison ou encore de confier à l’Etat l’établissement d’actes authentiques en matière immobilière.

PSV Programme de législature 2017-2022

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.