Le toboggan Slide my city ravit petits et grands sans causer trop de nuisances

LausanneMalgré quelques petits défauts de jeunesse, la manifestation a fait mouche

Vidéo: Patrick Martin/Sylvain Müller


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Quand on a la chance d’avoir une ville en pente comme Lausanne, il faut en profiter pour en s’amuser!» Ancien participant de feu le Roller contest, Emmanuel n’aurait raté pour rien au monde l’ouverture de Slide my City, ce toboggan aquatique de 160 m de long installé pour le week-end à l’avenue Frédéric-César-de-la-Harpe à Lausanne - Ouchy.

Encolonné sur le trottoir rendu brûlant par le soleil, il patiente avec une bouée jaune dans une main et son fiston Gabriel, âgé de 6,5 ans, dans l’autre. Un peu plus loin dans la file, Delphine juge la manifestation «cool, même si le toboggan aurait pu être un peu plus long». Un regret compensé par le cadre urbain inhabituel et surtout le fait que l’attraction ait été installée dans le quartier de son enfance.

Bonne humeur communicative

Tout au long de la colonne, les témoignages se rejoignent: même si certaines choses pourraient être améliorées - certains ont par exemple cru qu’ils étaient obligés d’acheter une bouée en plus du prix d’entrée alors qu‘on pouvait venir avec la sienne ou en emprunter gratuitement - l’organisation efficace et le côté exceptionnel de l’événement font oublier les petits défauts. Tout le monde profite de l’instant dans une bonne humeur communicative.

Et qu’en pensent les habitants du quartier? Parmi les rares personnes habillées au milieu des «glisseurs» en maillot de bain, deux dames confirment en faire partie: «On ne savait pas trop à quoi s’attendre, surtout qu’on a connu les années épouvantables des rollers, où il fallait tout protéger», explique la première, ancienne commerçante. «Mais là, c’est gentillet, constate son amie. Et c’est même plus court que ce que j’imaginais. On verra si ça renouvelle et si ça se développe.»

«Je sais que cet événement dérange certains commerçants, mais moi je suis content que pour une fois, il y ait une animation de notre côté»

Le toboggan passe juste devant la boutique d’article pour clubs et sociétés de Claude Bettens. Appuyé contre l’encadrement de sa porte, le patron regarde les gens sur leur bouée jaune descendre cette rue habituellement utilisée par des voitures, des bus et des deux-roues. «Je sais que cet événement dérange certains commerçants, mais moi je suis content que pour une fois, il y ait une animation de notre côté.» Malheureusement pour lui, les gens remontent sur le trottoir d’en face, sans passer devant sa vitrine. «En même temps, je doute qu’ils aient un porte-monnaie sur eux.»

Durant deux jours, c’est ainsi près de trois mille personnes qui auront profité de l’infrastructure amenée par la boisson Rivella. Coordinateur du projet pour la Suisse, Silvan Müller est en tout cas prêt à revenir: «Dans les autres villes, ce n’est pas facile de trouver une rue assez large et avec la bonne pente. Mais quand j’ai découvert Lausanne, je me suis dit: waouh, ici on pourrait s’installer dans vingt endroits différents.» (24 heures)

Créé: 06.08.2017, 13h20

Galerie photo

Toboggan Slide my city Lausanne

Toboggan Slide my city Lausanne Le toboggan aquatique Slide My city de Rivella était installé à Lausanne les 5 et 6 août 2017

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...