Passer au contenu principal

Toujours plus de démunis se partagent les invendus des magasins

La classe moyenne s’appauvrit, relève Partage-Riviera. L’association d’aide alimentaire a mis au point un système de distribution discret.

Partage-Riviera compte une septantaine de bénévoles qui préparent les distributions de nourriture provenant en grande partie des grandes surfaces.
Partage-Riviera compte une septantaine de bénévoles qui préparent les distributions de nourriture provenant en grande partie des grandes surfaces.
Chantal Dervey

Les demandeurs d’aide alimentaire sont de plus en plus nombreux, constate Partage Riviera. Née de la fusion, le 31 octobre, des associations L’Étape, à Vevey, et Le Coup de Pouce, à Clarens, la nouvelle entité caritative œcuménique n’a pas cessé de distribuer aux démunis les invendus périssables des grandes surfaces. Bien au contraire, puisque Partage Riviera compte désormais près de 800 bénéficiaires, soit 200 de plus que n’en comptaient ensemble L’Étape et Le Coup de Pouce en 2017. «Il faut y voir la paupérisation de la classe moyenne, estime Pierre-André Glauser, président. Un bon tiers des demandeurs sont des Suisses, pères divorcés, mères seules avec des enfants ou encore retraités. C’est ce que constatent tous les acteurs sociaux dans le canton.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.