Toujours plus de démunis se partagent les invendus des magasins

RivieraLa classe moyenne s’appauvrit, relève Partage-Riviera. L’association d’aide alimentaire a mis au point un système de distribution discret.

Partage-Riviera compte une septantaine de bénévoles qui préparent les distributions de  nourriture provenant en grande partie des grandes surfaces.

Partage-Riviera compte une septantaine de bénévoles qui préparent les distributions de nourriture provenant en grande partie des grandes surfaces. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les demandeurs d’aide alimentaire sont de plus en plus nombreux, constate Partage Riviera. Née de la fusion, le 31 octobre, des associations L’Étape, à Vevey, et Le Coup de Pouce, à Clarens, la nouvelle entité caritative œcuménique n’a pas cessé de distribuer aux démunis les invendus périssables des grandes surfaces. Bien au contraire, puisque Partage Riviera compte désormais près de 800 bénéficiaires, soit 200 de plus que n’en comptaient ensemble L’Étape et Le Coup de Pouce en 2017. «Il faut y voir la paupérisation de la classe moyenne, estime Pierre-André Glauser, président. Un bon tiers des demandeurs sont des Suisses, pères divorcés, mères seules avec des enfants ou encore retraités. C’est ce que constatent tous les acteurs sociaux dans le canton.»

Chaque semaine, Partage Riviera distribue gratuitement près de 2,5 tonnes (1,5 t en 2017) de nourriture périssable (fruits, légumes, produits laitiers et viandes) provenant des surplus récoltés auprès des grands distributeurs par l’organisation nationale Table Suisse. Ce qui représente un poids annuel pour la Riviera de 100 tonnes de denrées alimentaires, soit une valeur de près de 650'000 francs. L’association bénéficie encore des excédents des Cartons du Cœur et de dons, parfois en argent, de particuliers. «Ces donateurs disent avoir pris conscience de l’augmentation de la précarité, ajoute Pierre-André Glauser. À Vevey, il y a des gens qui vivent dans la rue.»

Éviter les files d’attente

Partage Riviera a mis au point un nouveau système de distribution de la nourriture qui est peut-être aussi à l’origine de la hausse du nombre de demandeurs. Depuis décembre, ces derniers sont appelés à s’inscrire pour la distribution du jour entre 8h et 9h30, discrètement, à l’intérieur des locaux de l’association. Celle-ci leur envoie ensuite, par SMS, leur numéro de passage tiré au sort par un programme informatique, et ce peu avant la distribution vers 10h. Plus besoin de faire la queue dès 5h du matin comme ce fut le cas pour certains, au vu et au su des passants de surcroît.

«Auparavant, il y avait bon nombre de personnes qui n’osaient pas venir de peur de devoir jouer des coudes dans les files d’attente et d’affronter les regards des quidams», glisse Michel Botalla, coordinateur de Partage Riviera. C’est cet ingénieur en informatique qui a créé ce nouveau système d’accueil via SMS: «Je l’ai développé pour éviter aux gens d’attendre dehors, surtout en hiver, et leur donner du temps pour s’adonner à d’autres activités. Maintenant, nous constatons de plus que cette forme d’accueil a changé les comportements et réduit les tensions lors des distributions. Avant, les hommes abusaient souvent de leur force face aux femmes et des empoignades se produisaient entre les différentes communautés.»

Les distributions ont toujours lieu trois fois par semaine (le mardi et le vendredi à Vevey ainsi que le mercredi à Clarens). Pour le public et les bénéficiaires, les deux lieux de distribution ont gardé leur nom, L’Étape à Vevey et Le Coup de Pouce à Clarens. «La fusion répondait surtout à une volonté de simplifier et d’optimiser les aspects organisationnels et financiers des deux associations», précise Pierre-André Glauser. Partage Riviera continue à bénéficier du soutien financier des Communes de la Riviera par l’intermédiaire de l’Association régionale d’action sociale (ARAS). Il s’agit de couvrir les loyers des locaux et le salaire du coordinateur, qui œuvre à 40% pour assumer les tâches d’intendance, d’administration et de planification de l’engagement hebdomadaire d’une septantaine de bénévoles.

partageriviera.ch

Créé: 13.01.2020, 08h01

Articles en relation

Toujours plus de démunis se disputent les invendus des magasins

Riviera Depuis janvier 2016, les associations actives dans l’aide alimentaire ont vu quasi doubler le nombre de demandeurs. Plus...

Nyon: l'école ne jette plus les invendus de sa cantine

Vaud Le groupe Eldora adhère à l’application antigaspillage alimentaire Too Good To Go. Plus...

La difficile lutte contre le gaspillage alimentaire

Climat Un député demande un assouplissement des règles pour la distribution des invendus. Il a peu de chances d’être entendu. Malgré des initiatives çà et là, le coulage continue. Plus...

Des paniers d'invendus proposés à petits prix

Consommation L’application antigaspillage alimentaire Too Good To Go fait de plus en plus d’adeptes. Lausanne est la deuxième ville la plus active du pays Plus...

Gland: une épicerie gratuite et solidaire

Entraide Inaugurée samedi, la Pépicerie, soutenue par la Ville, offre des aliments invendus en libre-service. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.