Ils causent l’arrêt du train et agressent le mécanicien

CullyDeux adolescents alcoolisés connus de la police ont semé le trouble dans un train circulant entre Lausanne et Cully. Ils ont été incarcérés

Image d'illustration

Image d'illustration

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans la nuit de jeudi à vendredi, peu après minuit, deux mineurs de 16 et 17 ans alcoolisés (0,5 et 1 mg/l) ont semé le trouble à bord d’un train régional circulant entre Lausanne et Cully. Les deux jeunes gens, un Suisse et un Portugais connus des services de police pour des faits de violence, ont d’abord agressé verbalement et physiquement plusieurs passagers, dont une personne handicapée. Quelqu’un a ensuite actionné le signal d’arrêt d’urgence, provoquant l’arrêt du train peu après la gare de Villette.

Le mécanicien, après avoir averti la centrale de son déplacement, comme le veut la procédure, s’est rendu dans le wagon, où il a été pris à partie par les deux jeunes. Des passagers se sont interposés et le mécanicien a reçu des premiers soins par un passager de profession médicale.

Avertie par d’autres passagers, la police est intervenue à bord du train pour maîtriser les deux fauteurs de troubles. Ces derniers «n’ont cessé leurs injures durant l’intervention», a précisé la police cantonale vaudoise dans son communiqué du lendemain. Entendus vendredi matin au poste de gendarmerie de Vevey, sous l’autorité du président du Tribunal des mineurs, les deux jeunes ont été incarcérés.

Plainte déposée

Malgré ses blessures, le mécanicien a ensuite pu acheminer le convoi jusqu’à la gare de Cully, où l’attendait du personnel médical. Selon les dernières nouvelles livrées par les CFF, il va bien et va pouvoir reprendre son service normalement. «Il a tout notre soutien et une plainte a été déposée pour agression», précise le porte-parole, Frédéric Revaz.

Quant aux passagers, ils ont pu poursuivre leur trajet à bord d’un InterRegio détourné par les CFF de son horaire habituel. Patrick voyageait justement à bord de ce second convoi ayant fait office de «train de dépannage». Il raconte: «Nous sommes partis de Lausanne normalement, à 0 h 25, puis le train s’est immobilisé au milieu des vignes. Le contrôleur nous a d’abord dit qu’il y avait un problème dans le train qui nous précédait, puis il a évoqué une bagarre et, enfin, il a annoncé au micro que le mécanicien de l’autre train avait été agressé. Nous sommes bien restés trente minutes à l’arrêt, puis nous sommes repartis jusqu’à la gare du Cully, où se trouvait l’autre train avec ses passagers attendant sur le quai.»

«Quand les gens sont montés dans notre wagon, il y avait beaucoup d’émotion, poursuit Patrick. Certains parlaient de sang, d’autres ont évoqué l’agression d’une personne handicapée. Ensuite, notre train est reparti, mais il s’est arrêté à toutes les gares, puisqu’il avait récupéré les passagers d’un train régional. Je suis arrivé avec plus d’une heure de retard à la maison.»

Baisse des agressions

Malgré l’incident, le porte-parole des CFF, Frédéric Revaz, rappelle que les agressions contre le personnel sont en diminution constante. De 278 en 2005, elles sont passées à 168 l’an passé, soit une réduction de 40% en onze ans. Ce résultat est dû, selon lui, à la présence de vidéosurveillance dans tous les trains régionaux et aux campagnes de prévention. Mais aussi et surtout à la mise en place de «cercles de sécurité» réunissant les acteurs de la sécurité, de la prévention et des représentants du personnel. Ces derniers sont chargés d’analyser les situations et de déterminer des mesures.

Le porte-parole réfute par ailleurs les accusations d’économies en matière de sécurité. «Les effectifs de la police des transports sont au contraire en augmentation, avec aujourd’hui plus d’une cinquantaine d’agents qui patrouillent dans les gares et les trains de la région.» (24 heures)

Créé: 24.11.2017, 19h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...