Transporteur de bétail épinglé par les défenseurs des animaux

ElevageAprès avoir pointé du doigt les conditions d’élevage des porcs, l’association MART accuse un professionnel vaudois de déroger à la loi sur le transport d’animaux.

MART a pris en filature la bétaillère d'un transporteur vaudois entre le 14 et le 15 février. Les bêtes seraient restées confinées pendant près de 20 heures.

MART a pris en filature la bétaillère d'un transporteur vaudois entre le 14 et le 15 février. Les bêtes seraient restées confinées pendant près de 20 heures.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’association MART, Mouvement pour les Animaux et le Respect de la Terre, soulève une nouvelle affaire. Dans un communiqué diffusé lundi soir, elle révèle qu’un transporteur de bétail vaudois ne respecte pas la législation lorsqu’il amène des animaux de leur lieu d’élevage à l’abattoir. Dans le cadre de son enquête, MART a alerté le Service vétérinaire cantonal valaisan et a pisté un camion bétaillère, en compagnie d’un journaliste de l’émission A bon entendeur (ABE) de la RTS.

MART n’en est pas à son coup d’essai. En 2016 et 2017, elle a dénoncé à plusieurs reprises les conditions de détention dans plusieurs porcheries vaudoises. Ce qui avait amené le Conseil d’État à empoigner le dossier.

Concernant le transport de bétail, la législation fédérale prévoit que la durée du transport ne doit pas excéder huit heures. Les bêtes doivent pouvoir sortir pour prendre une pause et avoir accès à de l’eau. La filature que MART a effectuée (du 14 au 15 février) a montré que le transporteur vaudois avait chargé des bêtes en Valais à 15 h 20 et qu’elles avaient passé la nuit dans leur bétaillère. Elles ont été transbordées dans un autre véhicule au matin et livrées à l’abattoir à 11 h 30.

«Ces bovins ont par conséquent passé plus de 20 heures enfermés et entassés dans ces convois de la mort, par des températures négatives, sans boire ni manger, sans litière, sans pouvoir se coucher», dénonce MART. Selon elle, les éleveurs savent que leur bétail ne sera pas abattu dans les huit heures après leur départ. «Une fois encore, force est de constater que la filière carnée est gangrenée à tous ses niveaux», ajoute l’association. Selon la RTS, le transporteur s’est engagé à changer sa pratique. (24 heures)

Créé: 28.02.2018, 16h11

Articles en relation

Une vidéo montre des images chocs dans une porcherie réputée modèle

Elevage Moins de trois mois après le dernier scandale, l’activiste Kate Amiguet épingle un élevage modèle à Chanéaz. L’éleveur conteste. Plus...

L’Etat frappe fort pour le bien des cochons

Agriculture vaudoise La maison Annen, dénoncée dans une vidéo sordide, se voit lourdement sanctionnée par le Conseil d’Etat et décide de cesser son exploitation. Plus...

Polémique autour d'une vidéo de porcs maltraités

La Praz La fondation MART a diffusé mercredi une nouvelle vidéo tournée dans une porcherie. L'éleveur conteste et pourrait porter plainte. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...