Treytorrens, un hameau bercé par le lac et le rail

Esprit des lieuxSitué sur la commune de Puidoux, cet enchevêtrement de maisons jouit d'une situation exceptionnelle.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout d’abord, il convient de préciser que Treytorrens n’est pas, en dépit des apparences, sur la commune de Bourg-en-Lavaux. Malgré son code postal identique à celui de Cully, ce petit hameau de 46 âmes fait partie de la commune de Puidoux. Si les habitants peuvent donc aller retirer leurs colis et recommandés à la poste de Cully, ils doivent se rendre à Puidoux pour toutes les démarches administratives. En prendre bonne note afin d’éviter quelques regards las de la part des locaux! Cela étant posé, parlons maintenant du lieu, constitué en tout et pour tout de la rue de Treytorrens et de la ruelle C.-F. Ramuz.

Au numéro 1 de la première, on peut admirer la magnifique maison du Domaine Chenalettaz de Jean-François Chevalley. «Ici, on est proche de tout mais on est aussi un peu isolé, explique Benjamin Chevalley, étudiant en œnologie. L’endroit est magnifique, il y a la terre, la vigne, le lac.» Sans oublier la vue ou encore les quelques vestiges romains que l’on découvre à quelques centaines de mètres de là, en descendant la ruelle de Ramuz (il y vécut de 1914 à 1916). Affairé à sortir ses citronniers sous le soleil, un habitant préférant garder l’anonymat nous prend à parti: «Ecrivez qu’il ne fait pas bon vivre ici, que la vue est moche, que c’est ennuyant et bruyant!» Puis, plus sérieusement: «Je vis ici depuis quinze ans. J’apprécie l’éloignement de la ville, l’air pur et la relative tranquillité.»

Heureusement qu'il y a le train!
Relative, car le train, qui passe sous les habitations, entrecoupe les conversations ponctuellement. Un train qui a marqué l’histoire du hameau, puisqu’au XIXe siècle personne n’en voulait. Les habitants allant jusqu’à voler des rails pour ralentir les travaux de la compagnie ferroviaire. «Regardez ce qui soutient ce balcon: c’est un rail! Il y en a pas mal dans les constructions alentour», explique Yves Donon. Le sexagénaire vit en colocation dans la grande maison grise au bord de l’eau. Il poursuit: «Heureusement qu’il y a le train. Sans lui, Treytorrens serait une enclave pour riches et elle serait bien moins intéressante.» Un avis partagé par Denis Bovard. Le vigneron n’habite pas sur place mais y travaille.

La fameuse maison grise du numéro 4 de la ruelle Ramuz appartient à sa famille et abrite des colocataires depuis de nombreuses années. «Les gens qui vivent ici ont des profils et des budgets très différents, même si on est à Lavaux. On peut boire un verre autant avec un ouvrier qu’avec un indépendant.» Des apéros, sur la terrasse du numéro 4, il y en a souvent. «Cette terrasse et le jardin en contrebas sont des lieux magiques où on organise pas mal de fêtes», se réjouit Yves Donon, un verre de sirop à la main. Et Denis Bovard de surenchérir: «Lorsqu’on y voit des gens, on passe dire bonjour.» De préférence avec une bouteille.

Ambiance conviviale
Un des convives sort ensuite un morceau de fromage, un autre une guitare, et l’ambiance est assurée. «Selon mon bail, l’usage du jardin est «à bien plaire», explique Yves Donon. Tout semble bien se passer. Claire-Lise Bovard, la mère de Denis, explique: «Lorsqu’on prévoit une fête dans le jardin et que l’on sait qu’on va faire du bruit, on invite le voisinage. Comme ça, il en profite aussi.»

En automne, la population du hameau augmente sensiblement avec l’arrivée des saisonniers venus prêter main-forte pendant les vendanges. Les occasions de goûter la récolte précédente ne manquent pas.

En été, il suffit de trouver la microplage du lieu pour y croiser la quasi-totalité des locaux. Mais hors de question d’en dire plus sur ce «spot» d’exception, de peur d’y voir affluer des wagons de baigneurs. Car si l’esprit d’ouverture de Treytorrens est mis en avant par tous ceux qui y vivent, il prend fin là où commencent les galets qui mènent au lac. (24 heures)

Créé: 02.05.2015, 14h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.