Au tribunal, l’amour s’immisce dans une affaire de viol

VeveyLa victime a retiré, en plein procès, ses plaintes contre son compagnon. Mais la procureure requiert 3,5 ans de prison ferme.

Au Tribunal de l'Est vaudois à Vevey  un jeune homme est jugé pour lésions corporelles,  voies de fait, mises en danger d’autrui, d’injures, de menaces, de viol et de tentative de contrainte sexuelle.

Au Tribunal de l'Est vaudois à Vevey un jeune homme est jugé pour lésions corporelles, voies de fait, mises en danger d’autrui, d’injures, de menaces, de viol et de tentative de contrainte sexuelle. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je n’avais jamais vu jusqu’ici une victime s’effondrer en pleurs lors d’un de mes réquisitoires. Faut-il voir là les mystères de l’amour?» s’interroge la procureure Myriam Bourquin. Peu auparavant, elle avait requis 3,5 ans de prison ferme, l’arrestation immédiate et l’expulsion durant 8 ans du territoire suisse contre Pedro*, un jeune homme accusé de lésions corporelles, de voies de fait, de mises en danger d’autrui, d’injures, de menaces, de viol et de tentative de contrainte sexuelle. Jeudi à Vevey, le Tribunal de l’Est vaudois a connu un procès très particulier. Au point que Michèle Meylan, avocate de la plaignante, n’a pas jugé utile de plaider. Pedro et Yasmina*, qui vivent à nouveau ensemble quatre à cinq jours par semaine, sont toujours restés en contact, même durant la détention de Pedro, d’août à décembre 2018.

Pourtant, les faits reprochés à Pedro sont graves. Et, surtout, poursuivis d’office. Le prévenu les reconnaît pleinement. Après avoir rencontré Yasmina en avril 2017 dans le Chablais, il a rapidement entamé une relation amoureuse avec elle. En août 2017, il s’installe dans l’appartement que Yasmina occupe sur la Riviera avec ses deux filles d’une précédente union. De la rencontre entre le prévenu et la plaignante naîtra, au printemps 2018, encore une petite fille. Les violences reprochées à Pedro n’en ont pas moins commencé en octobre 2017, durant la grossesse de Yasmina, pour se poursuivre jusqu’à la mi-août 2018. Il l’a menacée de la tuer. Il lui a demandé, en vain, de lui faire une fellation. Il l’a violentée, engendrant des ecchymoses sur tout son corps. Et il l’a forcée à entretenir des relations sexuelles avec lui à plusieurs reprises. Conséquence, elle a porté plainte par deux fois en juin et en août 2018.

Coup de tonnerre en plein procès, Yasmina retire ses plaintes. «Il ne m’a jamais forcée, explique-t-elle. Il n’était pas dans son état normal. Il n’a pas compris mes refus. Il a changé. Je ne souhaite pas qu’il soit condamné. Nous nous aimons beaucoup.» Ce que Pedro confirme: «Je l’aime énormément. Je veux tout faire pour réparer ce que j’ai abîmé. La prison m’a fait grandir.» La procureure ne l’entend toutefois pas de cette oreille: «Yasmina est une victime qui s’ignore, même si le prévenu a réussi à la convaincre du contraire. Dans les violences domestiques, la femme subit l’ambivalence des sentiments, l’amour et la haine. Or il a passé outre ses refus, créé un climat de peur et utilisé sa force physique.»

Avocate de la défense, Coralie Germond ne nie pas les faits. Mais elle estime qu’il n’y a pas lieu de retenir la tentative de contrainte sexuelle, la mise en danger d’autrui, ni même le viol: «Il n’a pas utilisé la force. Faire l’amour pour lui, c’était faire la paix quand ils étaient fâchés. Une condamnation serait désastreuse pour le couple et l’enfant. Elle ferait voler en éclats ce qu’il reconstruit.» La défense demande une pleine clémente assortie du sursis. Le prévenu a en effet trouvé un travail plus lucratif et poursuit son suivi psychiatrique. Jugement ce vendredi.


* Prénoms d’emprunt

Créé: 19.09.2019, 21h46

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.