Le Tribunal fédéral vole au secours de la villa Le Châtelet

PullyLe Tribunal fédéral renvoie à ses études la justice vaudoise, qui avait refusé de classer la villa Belle Epoque.

Le sort du Châtelet, que son propriétaire prévoit de démolir, n’est toujours pas réglé.

Le sort du Châtelet, que son propriétaire prévoit de démolir, n’est toujours pas réglé. Image: Vanessa Cardoso - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est un coup dur. Je pensais que l’affaire était finie, alors qu’il va falloir tout recommencer.» Propriétaire du Châtelet, du nom de cette maison de maître à tourelle située à Pully, à deux pas du Collège Champittet, Alain Petitpierre accuse le coup.

Contrairement à ce qu’il prévoit depuis des années, il ne peut pas faire démolir sa villa pour bâtir un immeuble de dix logements à la place. Le Tribunal fédéral (TF) vient en effet d’admettre un recours de sa voisine, selon une information parue dans Le Temps.

En substance, la recourante, propriétaire de la parcelle au-dessus du Châtelet, contestait la décision du Tribunal cantonal de refuser de classer la villa Belle Epoque en tant que monument historique. Une décision prise après que le Canton s’était, lui, prononcé pour le classement de la villa construite entre 1873 et 1874 et classée auparavant en note 3.

Perte de patrimoine

Le TF renvoie donc le dossier à la justice vaudoise, appelée à revoir sa copie. Pour ce faire, elle devra se pencher sur un dossier de photos ainsi qu’un rapport d’experts de la voisine, qu’elle n’avait pas examinés dans un premier temps.

Dans cette affaire, deux positions s’affrontent. Alors qu’Alain Petitpierre évoque «une villa qui arrive en fin de vie et qui nécessiterait quelque 3 millions pour être restaurée» et précise que l’impact du bâtiment projeté serait «très faible», ses opposants déplorent la perte de patrimoine que ne manquerait pas de causer la démolition. «Cet objet magnifique doit être préservé, ne serait-ce que pour nos enfants. S’il est démoli, il ne pourra jamais être remplacé», selon Zdenek Kucera, président de l’association Sauvons le patrimoine de Pully, qui pense à sa prochaine action: demander une expertise fédérale à Patrimoine suisse. (24 heures)

Créé: 14.07.2016, 18h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.