Trois beaux projets font la gloire du terroir

TerroirsLe 6e Prix du patrimoine vaudois va permettre la mise sur pied de trois initiatives durables.

Prix du patrimoine vaudois decerne par Retraites Populaires, Les Fromages de Greg de Puidoux, la Ferme du Joran à Orbe, et la Cooperative de la Brouette à Lausanne, jeudi 28 septembre 2017.

Prix du patrimoine vaudois decerne par Retraites Populaires, Les Fromages de Greg de Puidoux, la Ferme du Joran à Orbe, et la Cooperative de la Brouette à Lausanne, jeudi 28 septembre 2017. Image: Jean-Bernard Sieber - ARC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une femme s’approche des membres de la Ferme collective du Joran, une verrine au délicat fumet de curry thaï à la main. «Normalement, je n’aime pas trop le tofu. Mais là, le vôtre est vraiment délicieux! Où est-ce qu’on peut en acheter?» Les productrices, flattées, ont reçu jeudi soir, à l’Hermitage à Lausanne, l’un des trois Prix du patrimoine vaudois, d’une valeur de 50 000 fr.

Créée par Retraites Populaires en 2007, la récompense a pour but de financer des projets concrets dans le domaine du patrimoine cantonal. «Beaucoup d’entreprises créent une fondation et remettent des prix dans divers domaines. Nous avons souhaité nous inscrire dans un créneau particulier», expose Lorraine Clément, responsable communication de l’entreprise. Si la thématique change chaque année, celle de la sixième édition, la valorisation du terroir, a remporté un franc succès, puisque 45 dossiers étaient en compétition, contre une petite dizaine lors des éditions précédentes.

Toute la chaîne alimentaire

«C’est notre 110e anniversaire, nous voulions donc un sujet concernant, au cœur du débat et tourné vers l’avenir. En ayant sélectionné ces trois projets (lire ci-contre), nous couvrons la totalité de la chaîne de l’alimentation», poursuit Lorraine Clément avec son charmant accent québécois. Des agriculteurs de la Ferme du Joran à Orbe, à l’épicerie durable La Brouette à Lausanne, en passant par Les Fromages de Greg à Puidoux, les lauréats ont tous dû proposer des idées entièrement réalisables grâce à la somme remportée. Ils doivent être viables à long terme sur le plan financier, novateurs, originaux et proposer quelque chose d’accessible à un large public.

Son sésame reçu, Marylaure Décurnex de la Ferme du Joran remercie l’assemblée. «Ce prix permet de pérenniser un projet collectif et soutient l’agriculture durable de proximité. C’est important pour que l’agriculture reste un métier d’avenir.»


Ferme collective du Joran, Orbe

«On veut faire de la nourriture pour les gens. Pour eux, c’est chouette de savoir que nos produits ont été cultivés et transformés ici», estime Madlen Weyermann, agricultrice à la Ferme collective du Joran. Dix agriculteurs qui ne descendent pas directement de familles paysannes se sont regroupés pour disposer d’un accès à la terre, où ils cultivent désormais des légumes, du blé, une variété ancienne de maïs à polenta ou encore du soja pour leur tofu. «Il y a dix ans, des propriétaires ont commencé à nous prêter des bouts de terrain. Nous avons donc cherché à développer des cultures qu’ils ne pratiquaient pas. En Suisse, 95% du maïs cultivé est destiné aux animaux. C’est frustrant quand on connaît le nombre de variétés propres à la consommation humaine!» affirme Madlen Weyermann. Disposant désormais de 9 hectares autour de la ferme – «pour un paysan c’est pfffft, mais pour nous c’est énorme!» – les membres produisent à présent suffisamment pour leur propre consommation, pour leur «hyperself» sur place, ainsi que pour garnir les Paniers bio des 3 Vallons. La somme du prix leur permettra de créer une salle de transformation où confectionner le tofu, disponible au stand bio de Patrick Frey à la rue de l’Ale, au marché de Lausanne.


Les Fromages de Greg, Puidoux

Paysagiste, éleveur de porcs, de pigeons, de cailles, apiculteur et finalement fromager. Son énergie débordante amène Grégoire Jeauffre à mettre ses passions au cœur de ses projets professionnels. A seulement 37 ans, l’homme a réduit le temps qu’il consacre à son entreprise de paysagisme et de construction pour développer des fromages à base de lait de vache cru de la ferme voisine. Baies de sureau, bourgeons de sapin, ciboulette ou encore fenouil sauvage, les fromages frais sont aromatisés selon ce qu’il trouve dans la nature ou dans son jardin. «Tant qu’ils ne sont pas garnis, je peux les affiner pour en faire des fromages à croûte fleurie, puis je peux même les sécher pour obtenir un produit du type crottin de Chavignol. Le but est d’avoir une matière qui peut évoluer, afin de ne pas avoir de pertes», explique Grégoire Jeauffre. Si jusqu’ici tout est confectionné dans le laboratoire qu’il a installé chez lui à Puidoux, le montant du prix lui permettra d’acquérir, probablement à la fin de l’année, une laiterie de coulage à la Tuilière, sur la commune de Forel. «En parallèle, je commence à fabriquer d’autres fromages du type camembert ou encore du beurre.» Ses produits seront disponibles sur place et dans un self à Puidoux.


Epicerie La Brouette, Lausanne

Désormais, les Lausannois connaissent La Brouette, l’épicerie où ils retrouvent tout l’assortiment bio produit dans le canton, de la bière aux légumes, en passant par les céréales en vrac. Si les coopérateurs de La Brouette sont toujours à l’affût de nouveaux produits, tels que des cosmétiques ou des huiles végétales, ils se sont aussi lancé un nouveau défi: une structure servant à approvisionner des restaurants scolaires et des crèches. «L’idée était présente depuis le début. Nous savions que nous voulions mettre en place autre chose, mais pas une seconde épicerie», évoque Pierre Nicolas, l’un des membres fondateurs. Fournir dans un premier temps des établissements ayant des menus planifiés à l’avance permettra aux Lausannois de se frotter progressivement au monde de la restauration. «Nous allons fonctionner comme grossistes tout en conservant le principe de La Brouette, qui consiste à s’effacer derrière les producteurs.» Les 50 000 fr. serviront à la mise en place d’un lieu doté de chambres froides. (24 heures)

Créé: 30.09.2017, 09h32

Articles en relation

Trois projets récompensés pour leur vision originale du terroir vaudois

Prix Mercredi soir, Retraites Populaires a remis son Prix du patrimoine à trois initiatives axées sur une alimentation de proximité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...