Trois journées pour découvrir les métiers d'art

FormationVaud participera fin mars aux Journées européennes des métiers d'art.

Dans l'atelier de Florian Despond, tavillonneur aux Avants ici dans son atelier.

Dans l'atelier de Florian Despond, tavillonneur aux Avants ici dans son atelier. Image: CHANTAL DERVEY - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tavillonneur, ferronnier, marquetteur sur bois, courtepointière, sabotier: les métiers d'art sont souvent méconnus, voire ignorés. Pour faciliter leur découverte et favoriser la relève, Vaud, Jura et Genève participent le dernier week-end de mars aux Journées européennes des métiers d'art.

Avec 2800 visiteurs l'an dernier sur Vaud, la manifestation gratuite a connu «un succès extraordinaire». Pour l'édition 2015, mille amateurs supplémentaires sont espérés.

Vaste choix

Après la ville de Genève qui a pris l'initiative en 2012 et entraîné le canton de Vaud en 2014, cette année le relais est transmis aux cantons du Jura et de Genève. Le choix des métiers d'art à découvrir est ainsi vaste: au total une soixantaine d'activités seront proposées à la curiosité des amateurs.

Avec ces journées qui mettent souvent en contact des artisans d'art avec un jeune public, l'ambition est aussi de susciter «un cercle vertueux», a relevé Anne-Catherine Lyon. «La transmission du savoir-faire» est essentielle. Le tavillonneur Florian Despond peut ainsi se féliciter aujourd'hui d'avoir un apprenti.

Ces professions associent «l'intelligence de la main, du coeur et de l'esprit», a commenté Elisabeth Baume-Schneider, ministre jurassienne de la formation, de la culture et des sports. Outre «le croissant lémanique», l'arc jurassien fait preuve d'une belle vitalité et «sans forfanterie» se réjouit de présenter certains de ses artisans, a-t-elle ajouté.

Des critères définis

Pour être classé parmi les artisans d'art, il faut suivre la codification française qui stipule le caractère ancestral de la pratique et un savoir-faire qui fasse autorité, a expliqué Anne-Catherine Lyon. Un boulanger ne peut par exemple pas figurer dans cette catégorie.

L'année dernière, «c'était superbe, avec des jeunes émerveillés» par ces visites et ces rencontres, a raconté le conseiller d'Etat Pascal Broulis en invitant à profiter de ce «magnifique programme». Pour garder leur qualité à ces journées, la taille des groupes est limitée. Il faut donc s'inscrire.

(ATS24 heures)

Créé: 22.02.2015, 15h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.