Passer au contenu principal

L’UDC convainc les libéraux-radicaux de baisser les impôts

Le parlement a validé une motion pour réduire de 3 points la fiscalité des personnes physiques. La droite veut récompenser les contribuables pour leurs «sacrifices».

«Les Vaudois obtiendraient une baisse pour la première fois depuis 20 ans», souligne Philippe Jobin, le chef du groupe UDC, ici en discussion avec Stéphane Montangero (PS).
«Les Vaudois obtiendraient une baisse pour la première fois depuis 20 ans», souligne Philippe Jobin, le chef du groupe UDC, ici en discussion avec Stéphane Montangero (PS).

À terme, les Vaudois devraient voir diminuer leur facture d’impôts d’environ 90 millions de francs. C’est en tout cas le calcul de l’UDC, qui a fait passer ce mardi au Grand Conseil son idée de baisser de 3 points la fiscalité des personnes physiques. Le parlement a en effet validé une motion du chef de groupe UDC, Philippe Jobin, par 78 voix contre 61. C’est désormais au Conseil d’État de ficeler un projet.

Le texte de l’UDC prévoit une baisse de 1 point d’impôt en 2020 et d’un autre point en 2021. Quant au 3e point, il s’agirait de «toutes les autres déductions fiscales allant dans le sens de la motion, mais au plus tard en 2020».

L’an dernier, les ménages vaudois ont versé 4,3 milliards de francs d’impôt pour les personnes physiques. Mais il est difficile de dire aujourd’hui quelle sera leur facture ces prochaines années. D’une part, les effets de la «stratégie fiscale 2022» du Conseil d’État, présentée en juin, sont encore peu clairs pour les personnes physiques. D’autre part, certaines Communes augmenteront leurs impôts pour compenser les baisses fiscales des entreprises induites par la RIE III cantonale dès l’an prochain.

L’affaire était délicate pour l’UDC. Si les Vert’libéraux demandent une baisse pour les personnes physiques depuis de nombreuses années, une majorité des députés libéraux-radicaux a toujours renoncé à baisser les impôts au moment de voter le budget en fin d’année. Quant à Pascal Broulis, le conseiller d’État libéral-radical en charge des Finances, il ne s’est pas opposé à l’idée de l’UDC mardi.

«Vaud est parmi les Cantons à imposer le plus lourdement les revenus moyens et hauts, explique Philippe Jobin. Grâce aux sacrifices consentis par nos contribuables, l’État a pu diminuer sa dette. Les Vaudois obtiendraient une baisse pour la première fois depuis 20 ans.»

Le PLR a vite embrayé, estimant que le temps était venu pour les personnes physiques, après les personnes morales. «Il s’agit de saluer les efforts des contribuables. Pour nous, cette motion est un bon premier pas», commente ainsi Florence Gross. Parmi les autres options, elle met en avant l’initiative déposée par les Jeunes PLR pour augmenter les déductions fiscales pour les primes d’assurance maladie.

«Une fleur empoisonnée»

«Faire une fleur», comme le dit la droite? C’est non pour Serge Melly (Vaud Libre). «Ce serait une fleur empoisonnée. Au début des années 90, une baisse d’impôts, conjuguée à une crise économique, a provoqué un marasme financier pour une quinzaine d’années. Le taux d’imposition n’est pas un yo-yo. Les besoins de l’État restent énormes, notamment en personnel.»

En parallèle, la gauche a accusé la droite d’accorder des rabais aux hauts revenus. «Prenons une famille de quatre personnes gagnant 7000 francs par mois; une baisse de 3 points lui ferait économiser 10 francs par mois», calcule le socialiste Pierre Dessemontet. «Les mesures sociales de la RIE III lui feront gagner 300 francs par mois. Pour bénéficier d’un tel montant grâce à une baisse d’impôts de 3 points, son revenu annuel devrait être de 900'000 francs.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.