Passer au contenu principal

L’UNIL a analysé les effets délétères et invisibles des minimarées noires

Des scientifiques ont démontré que les dégazages de bateaux en mer, même peu importants, peuvent être nocifs pour les écosystèmes.

Un zodiac s'approche d'une nappe de pétrole, auquel a été ajouté un colorant rouge, en vue de prélever des échantillons. En arrière-plan, l'ARCA, bateau de dépollution des garde-côtes néerlandais.
Un zodiac s'approche d'une nappe de pétrole, auquel a été ajouté un colorant rouge, en vue de prélever des échantillons. En arrière-plan, l'ARCA, bateau de dépollution des garde-côtes néerlandais.
Jan Roelof van der Meer

Une équipe du Département de microbiologie fondamentale de l’UNIL, sous la direction du professeur Jan Roelof van der Meer, a passé plusieurs années à analyser les effets de petites pollutions au pétrole dans l’eau de mer. Les résultats viennent d’être publiés dans la revue anglo-saxonne Nature Communications, et ils ne sont pas rassurants.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.