Passer au contenu principal

A l'Unil, sacrifice animal et lancer du disque à l’antique

Le petit peuple des sciences de l’antiquité de Dorigny s’est livré à une reconstitution des Jeux olympiques de la Grèce ancienne.

Sur le terrain de sport de Dorigny, ont eu lieu des Jeux Olympiques un peu particuliers.
Sur le terrain de sport de Dorigny, ont eu lieu des Jeux Olympiques un peu particuliers.
Philippe Maeder
Il s'agissait en effet de Jeux Olympiques antiques avec cortège, sacrifice et bien sûr des joutes sportives.
Il s'agissait en effet de Jeux Olympiques antiques avec cortège, sacrifice et bien sûr des joutes sportives.
Philippe Maeder
Les joutes sportives étaient le clou du spectacle avec, notamment, le saut en hauteur.
Les joutes sportives étaient le clou du spectacle avec, notamment, le saut en hauteur.
LEO DUPERREX
1 / 17

Bon, d’accord, il n’y avait pas d’athlètes nus, et la chèvre sacrificielle était en Sagex. Mais à part ça, la cérémonie d’ouverture qu’ont recréée vendredi à Dorigny les étudiants, chercheurs et enseignants de l’Institut d’archéologie et des sciences de l’antiquité de l’UNIL se voulait fidèle à ce que l’on connaît aujourd’hui des Jeux olympiques dans la Grèce ancienne. «Nous faisons cette reconstitution en principe tous les quatre ans, en phase avec les Jeux olympiques d’été modernes, précise la professeure Anne Bielman, vêtue en déesse. Nous avons pu le faire sans interruption depuis 1983. Malheureusement, la fois précédente, lors des Mystères de l’UNIL, les cieux n’étaient pas cléments, il avait plu à verse.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.