Comment l’UNIL compte les touristes à Lavaux

RechercheChristian Kaiser a mis au point une méthode de comptage qu’il teste dans le vignoble. Elle sera applicable ailleurs

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De petits boîtiers squattent les barrières des sentiers pédestres de Lavaux depuis le mois d’avril. Les curieux auront remarqué l’étiquette à code QR qui renseigne sur leur utilité: établir le nombre de randonneurs qui sillonnent le vignoble inscrit, et les lieux qu’ils fréquentent le plus assidûment.

La méthode a été mise sur pied tout spécialement par Christian Kaiser, maître d’enseignement et de recherche en cartographie et géovisualisation à l’Institut de géographie et durabilité de l’UNIL, dans le cadre d’une étude sur le tourisme à Lavaux menée en collaboration avec l’Association Lavaux Patrimoine mondial. L’installation restera en place jusqu’à fin novembre et livrera ses premiers résultats début 2019.

En tout, six caméras et deux senseurs sont répartis dans 30 points fixes ou mobiles, définis selon les portes d’entrée à Lavaux et les points d’intérêt situés sur les sentiers pédestres. Les capteurs, au-dessus de la gare d’Épesses et entre Saint-Saphorin et Rivaz, ne font que noter les passages – qu’ils soient humains ou non. Les autres boîtiers contiennent des caméras, qui enregistrent sur carte mémoire des images floutées ou infrarouges, protection des données oblige. «La difficulté, ici, c’est que nous avons affaire à un trafic mixte, explique Christian Kaiser. Nous sommes en train de développer un algorithme qui nous permettra de différencier automatiquement sur les images si c’est un piéton, un cycliste ou, dans certains lieux, une voiture qui passe.»

Une première suisse

La méthode développée par le professeur, qui fait appel à l’intelligence artificielle, est la première à permettre concrètement l’analyse d’images floutées. Elle pourra être appliquée ailleurs en Suisse. En effet, si la recherche de cet été doit permettre à Lavaux de définir la répartition des flux piétonniers dans l’espace «avec des chiffres au lieu d’intuitions» – la même campagne de recherche sera effectuée plus tard pour mesurer l’évolution –, elle n’est financée par l’UNIL que parce qu’elle vise à développer de nouveaux moyens de collecter des données et de combler des trous statistiques. Combinée à d’autres outils de collecte (lire encadré), cette démarche multiméthode offrira une vision globale précieuse.

«Quand on veut faire un état de situation en Suisse, les données sont souvent éclatées; c’est l’effet du fédéralisme», indique Emmanuel Reynard, professeur à la Faculté des géosciences et de l’environnement à l’UNIL, qui dirige le projet UniLavaux. Le tourisme en est un exemple frappant. À Lavaux, par exemple, les statistiques des nuitées ne prennent pas en compte le parahôtelier. De plus, la région est à cheval sur deux destinations: Lausanne Tourisme et Montreux-Vevey Tourisme (MVT). Or l’Office du tourisme vaudois (OTV) ne prend en compte pour Lavaux que les chiffres de MVT. «Du coup, il y a une dilution de la réalité dans les données publiées.» UniLavaux servira en quelque sorte de projet pilote pour l’OTV, dans la stratégie de monitoring touristique que l’office met en place à l’échelle du canton.

Challenge d’un lieu ouvert

Reste que, sur le terrain, la caméra visitée à Aran ne remplit pas toujours son rôle, par exemple lorsque ce groupe de touristes prend un itinéraire qui évite son capteur… «Vous savez, ce n’est pas une science exacte», sourit Christian Kaiser. C’est lui qui a «bricolé», avec une imprimante 3D, le boîtier qui renferme une caméra existante et qu’il ouvre au tournevis pour en changer piles et carte mémoire.

C’est aussi en tâtonnant – soit en déplaçant régulièrement les capteurs – que le scientifique et son équipe veulent arriver à des résultats, qui restent «des estimations». «Nous développons une stratégie pour avoir une idée», précise le chercheur, enthousiaste devant le challenge que représente le comptage dans ce lieu ouvert, bien différent d’un musée.

Créé: 22.08.2018, 07h19

Galerie photo

Comment l'UNIL compte les touristes à Lavaux

Comment l'UNIL compte les touristes à Lavaux Une méthode de capteurs et de caméras dira combien et où passent les touristes dans le vignoble inscrit

Démarche multiméthodes originale

es comptages ne seraient pas suffisants pour se faire une image précise du tourisme à Lavaux. D’autres méthodes sont testées en parallèle. Des entretiens avec les acteurs du tourisme ont permis d’observer l’offre d’un point de vue qualitatif (faible impact commercial dans la vente de vin, déchets dans les vignes). Puis l’analyse de photos sur les plateformes de partage aide à connaître les zones d’ombre et les hauts lieux du tourisme (ouest plus prisé). Un tracking va débuter via des GPS embarqués par des touristes volontaires (carte de déplacement). Et trois personnes, postées à des points stratégiques du vignoble, interrogent les touristes (but: 1000 questionnaires remplis).
Cette démarche multiméthode assez unique en Suisse sera exposée par le professeur Reynard lors du 1er Congrès suisse sur le paysage, les 23 et 24 août à Lucerne (congrespaysage.ch). Et un colloque scientifique à l’attention des autres gestionnaires de sites inscrits à l’Unesco aura lieu en automne 2019.

Articles en relation

On capte les mouvements des touristes à Lavaux

Étude Une enquête est menée cet été dans le vignoble inscrit pour mieux comprendre la fréquentation touristique. Plus...

Lavaux Unesco, dix ans de paysage en bouteilles

Intérieur Extérieur En 2007, la région viticole entrait au patrimoine mondial de l'humanité. Quel bilan dix ans après? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.