Unisanté, nouveau bras armé du Canton face aux enjeux de santé publique

RestructurationQuatre institutions fusionnent pour créer un Centre universitaire de médecine générale et santé publique unique en Suisse.

Pierre-Yves Maillard, ministre vaudois de la Santé.

Pierre-Yves Maillard, ministre vaudois de la Santé. Image: JEAN-BERNARD SIEBER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mutualiser les forces pour faire face aux besoins de la population. C’est l’objectif du Département vaudois de la santé, qui présentait lundi son projet, Unisanté. Ce nouveau Centre universitaire de médecine générale et santé publique repose, comme son nom l’indique, sur un rapprochement inédit entre la médecine générale et la santé publique . En clair, Unisanté est depuis le 1er janvier le bras armé de l’État dans sa mise en œuvre des politiques sanitaires.

Ce centre multisites est le fruit de la fusion de quatre institutions: la Policlinique médicale universitaire de Lausanne (PMU), l’Institut universitaire de médecine sociale et préventive (IUMSP), l’Institut romand de santé au travail (IST) et l’association Promotion Santé Vaud (anciennement Ligues de la santé). Le regroupement implique 800 collaborateurs – des soignants pour la plupart – et opère au sein de l’enveloppe juridique de la PMU. La nouvelle structure est d’ailleurs dirigée par Jacques Cornuz, directeur de la PMU.

Prévention ciblée

Ce centre académique est censé répondre aux grands enjeux de santé publique, en premier lieu le vieillissement de la population et l’augmentation des maladies chroniques. «Pour faire face aux besoins, il faudrait construire huit hôpitaux comme Rennaz en vingt ans et doubler la fréquence d’ouverture des EMS, explique le ministre vaudois de la santé, Pierre-Yves Maillard. Ce n’est pas réaliste. Il faut réagir.»

Le Canton mise notamment sur les soins à domicile – même pour les situations urgentes – et des programmes de prévention plus proches des citoyens et de leurs préoccupations. «Ces programmes ne seront plus centrés sur des maladies mais des types de patients», indique la cheffe du Service de la santé publique, Stéfanie Monod. Exit, le programme cantonal Diabète. «La question est: comment garantir le meilleur accès aux soins pour tous? Il faut adapter le système. Les sourds, par exemple, n’ont pas accès aux campagnes de prévention et sont plus touchés par les maladies cardiovasculaires. Il y a aussi de plus en plus de superobèses. Ils ne sont pas admis dans le système car personne n’est équipé pour.»

Rayon formation, un volet médecine du travail fera son apparition dans le cursus des médecins généralistes. «C’est une plus-value immense quand on voit l’évolution des maladies liées à l’activité professionnelle», souligne Pierre-Yves Maillard.

Techniquement, la fusion permet au Canton de piloter plus directement les entités «avalées». Unisanté est en effet lié par un contrat de prestation direct avec la Direction générale de la santé et par un autre contrat de prestation avec l’UNIL. «Les institutions étaient très éloignées de l’État alors qu’elles relèvent de financement public, explique Pierre-Yves Maillard. J’ai voulu que l’État ne soit pas un simple pourvoyeur de fonds mais qu’il soit au centre des réflexions.»

«Cette volonté de regrouper les enjeux académiques et les grands enjeux de santé publique est unique en Suisse», ajoute Stéfanie Monod.

Tâches multiples

Unisanté est chargée, pêle-mêle, de soutenir la Direction de la santé dans sa mission de pilotage du système, améliorer l’efficience dans l’attribution des ressources, permettre une meilleure coordination des activités, organiser les soins de première ligne… «Garantir le meilleur état de santé de la population, renforcer les soins primaires et garantir un système de santé équitable et performant; voilà ce que nous nous réjouissons de construire ensemble», résume Stéfanie Monod.

Les subventions cantonales touchées par Unisanté s’élèvent à 49 millions de francs pour un budget total de fonctionnement de 131 millions.

Créé: 04.02.2019, 19h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.