«Les universités sont des lieux propices au harcèlement sexuel»

UNILDes associations font du 23 mars la journée de lutte contre le harcèlement sexuel aux études.

A l'occasion de la journée contre le harcèlement sexuel, des court-métrages seront projetés à Zelig (13h30) et une table ronde se tiendra à 17h (Geopolis 1612).

A l'occasion de la journée contre le harcèlement sexuel, des court-métrages seront projetés à Zelig (13h30) et une table ronde se tiendra à 17h (Geopolis 1612). Image: Philippe Maeder - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’affaire avait défrayé la chronique l’an dernier et débordé les limites de l’université, allant jusqu’à s’inviter au Grand Conseil. Un professeur du Centre intégratif de génomique de l’Université de Lausanne (UNIL) était sanctionné pour harcèlement sexuel, après qu’une doctorante s’était plainte d’attouchements.

S’insurgeant contre ce genre d’affaires, des associations universitaires ont décrété que le 23 mars serait dorénavant «journée nationale de lutte contre le harcèlement sexuel aux études». Ce jeudi, plusieurs actions sont ainsi organisées simultanément sur les campus lausannois, genevois et zurichois.

«Avec des rapports hiérarchiques très forts, les universités sont des lieux propices au harcèlement, explique Noémie Rentsch, membre de l’Association féministe universitaire (AFU). D’une simple remarque sur la tenue vestimentaire à l’attouchement en passant par des promesses d’avantages en échange de contreparties, le harcèlement sexuel peut prendre de nombreuses formes.» «C’est une violence exprimée au travers de gestes banals», ajoute Charlotte Vidal Kränzlin, responsable de la campagne contre le harcèlement sexuel au syndicat Sud-EP.

Sur le campus, Géraldine Falbriard, porte-parole de l’UNIL, indique que les mécanismes pour éviter de tels cas, «pris très au sérieux», ont été renforcés. La nouvelle direction a par exemple décidé de redynamiser le réseau DialogUNIL et une médiatrice supplémentaire a été nommée la semaine dernière.

«Ce n’est pas suffisant, répond Noémie Rentsch, qui milite pour une extension de la loi sur l’égalité (LEg). Il n’existe aucune protection légale contre le harcèlement sexuel dans les lieux de formation. Cette absence de base légale est à l’origine de plusieurs cas où la victime n’ose pas parler.» «La médiation est une discussion censée régler les conflits. Or, dans les cas de harcèlement, on parle de violence», relève Charlotte Vidal Kränzlin. www.formation-sans-harcelement.ch (24 heures)

Créé: 22.03.2017, 07h01

Articles en relation

L'Université est priée d'agir face au harcèlement

Lausanne Trois postulats traitant de la question ont été adoptés jeudi soir par le Conseil de la haute école. Plus...

Une appli contre le harcèlement de rue

Lausanne Les Verts lausannois demandent aux autorités d’étudier la pertinence d’un tel outil pour que «la peur change de camp». Plus...

72% des jeunes Lausannoises cibles de harcèlement de rue

Sécurité Main aux fesses, sifflements, attouchements ou insultes, les autorités assurent vouloir combattre ce phénomène qui n’épargne pas la capitale vaudoise. Plus...

La nuit veut faire sa fête au harcèlement

Lausanne Sous l’impulsion de GastroLausanne, bars et clubs adoptent une charte assurant à leurs clientes de passer une bonne soirée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.