Les urbains branchés de plus en plus éloignés de la population

Questionnaire de GulliverDeux enquêtes réalisées en marge du Festival de la Cité, dans l'esprit de l'Expo 64, révèlent de fortes divergences.

Le duo Com & Com (à g.), Marcus Gossolt et Johannes Hedinger, avec Milo Rau et Rolf Bossart, coauteurs du questionnaire.

Le duo Com & Com (à g.), Marcus Gossolt et Johannes Hedinger, avec Milo Rau et Rolf Bossart, coauteurs du questionnaire. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«L’importance des distorsions observées m’étonne». Ainsi s’exprime René Lévy, sociologue et professeur honoraire de l’Université de Lausanne, à propos du fossé entre les urbains branchés et le reste de la population qui s’exprime au travers de deux enquêtes intitulées «Point de Suisse» réalisées dans le cadre du Festival de la Cité de juillet dernier dans la capitale vaudoise. L’intention est de faire revivre le questionnaire Gulliver de l’Expo 64 sur le thème «que veut dire être un Suisse?», célèbre pour avoir été censuré en raison de son caractère jugé trop critique par les autorités fédérales.

«L’enquête s’est déroulée en deux vagues. Pour la première, un échantillon représentatif de la population a été constitué selon les règles des sondages. La deuxième, dont les résultats viennent d’être mis en ligne, a eu lieu sur une base spontanée sur le site pointdesuisse.ch», explique René Lévy qui, avec son confrère Olivier Moeschler, a donné des conseils pour la réalisation des enquêtes. Or les participants de la deuxième vague se révèlent plutôt bien formés, bien payés, urbains, de gauche et branchés. C’est sur le thème des étrangers que le fossé entre les urbains branchés et le reste de la population apparaît le plus nettement. Les premiers, à propos du «bon Suisse», une question reprise de Gulliver en 1964, se montrent très enclins à considérer les naturalisés comme de vrais Suisses. Ils défendent les droits des étrangers et des demandeurs d’asile alors que l’échantillon représentatif se montre plutôt méfiant.

Résultats détaillés, d'autres exemples et l'analyse des sociologues René Lévy et Olivier Moeschler dans le journal de vendredi (24 heures)

Créé: 14.08.2014, 16h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.