Les œuvres de Sylvie Moreillon subliment le rude boulot des ouvriers

AssensL’artiste lausannoise a passé plusieurs mois sur les grands chantiers vaudois pour réaliser les œuvres présentées à l’Espace culturel Assens.

Sylvie Moreillon a passé plusieurs mois sur les grands chantiers vaudois pour y puiser le substrat de ses oeuvres

Sylvie Moreillon a passé plusieurs mois sur les grands chantiers vaudois pour y puiser le substrat de ses oeuvres

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Foreuses, haveuses, trax et autres pelles mécaniques mordent tous les jours la molasse sur les chantiers vaudois. A leurs commandes se trouvent des hommes de l’ombre, auxquels rend hommage Sylvie Moreillon dans une exposition à découvrir à l’Espace culturel Assens jusqu’au 24 septembre prochain*.

Depuis plusieurs années, l’artiste lausannoise se balade sur les grands chantiers en cours dans le canton: tunnel du M2, chantier d’Aquatis, de l’Ecole hôtelière de Lausanne ou de l’usine électrique à Aubonne. Et ne passe pas inaperçue avec son intérêt pour des éléments anodins et ses préparations à base de silicone pour relever des empreintes. «J’ai bien conscience d’être une encouble pour les ouvriers, rigole-t-elle. Mais même s’ils me prennent parfois pour une folle, ils m’ont toujours bien accueillie et souvent aidée.»

Le regard curieux et émerveillé qu’elle pose sur le monde du chantier lui a peut-être été transmis par son papa architecte. Il lui a en tout cas appris les règles de la perspective. «Je n’avais pas le droit de me tromper sur le positionnement du point de fuite ou de la ligne d’horizon», se souvient-elle. Malgré une formation dans le monde de l’archéologie, elle a conservé cette capacité à percevoir le graphisme et l’esthétisme des objets communs du monde des chantiers: tuyaux, échafaudages, tas de planches… «Cela échappe en général complètement aux gens travaillant dans ces environnements. Mais une fois qu’on les y a sensibilisés, ils deviennent attentifs.» Désormais, pour son plus grand plaisir, il arrive que des ouvriers, des contremaîtres ou des ingénieurs lui signalent des éléments remarquables qu’ils ont repérés.

Sylvie Moreillon voit aussi quelque chose d’extraordinaire dans les figures géométriques laissées par les machines dans la molasse. «Elles semblent être aléatoires, mais reflètent la maîtrise d’outils par la main de l’homme. Malheureusement, les travaux de gunitage ( ndlr: projection de béton contre les parois d’un ouvrage ) font disparaître ces témoignages du travail des ouvriers.» C’est donc un véritable travail de mémoire que l’artiste réalise à travers ses tableaux ou sculptures, réalisées à partir de poudre de molasse ou de pièces de récupération. «Sylvie Moreillon est une artiste qui va jusqu’au bout, admire Janine Lanfranconi, fondatrice de l’Espace culturel Assens. Nous l’avons invitée car nous avons été impressionnés par sa persévérance et sa recherche de perfection. En plus, il y a un étonnant décalage entre l’image élégante qu’elle dégage et son investissement sur les chantiers. Mais le résultat de son travail est magnifique!»


* «Explorations» à découvrir jusqu’au 24 septembre à l’Espace culturel Assens.Vente aux enchères d’une toile en faveur de l’Aide aux étudiants en soins infirmiers le 23 septembre. Horaires: ve 14 h à 18 h; sa, di et fériés 11 h à 12 h 30 et 14 h à 18 h. Voir www.espace-culturel.ch (24 heures)

Créé: 06.09.2017, 19h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...