Vacances obligent, la guerre des affiches commence très tôt

Elections cantonalesLes candidats de la droite partent en ordre dispersé, alors que la gauche va jouer collectif. Chaque grand parti adopte une stratégie différente.

Prenant leurs adversaires de court, les libéraux-radicaux Marc-Olivier Buffat et Gilles Meystre s’affichent déjà. Ici, à la gare de Lausanne.

Prenant leurs adversaires de court, les libéraux-radicaux Marc-Olivier Buffat et Gilles Meystre s’affichent déjà. Ici, à la gare de Lausanne. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est parti pour la campagne, les premières affiches en grand format commencent à apparaître pour les élections cantonales. Et pourtant il reste encore deux mois et demi avant le scrutin du 30 avril. Officiellement les grands partis veulent attendre le dépôt des listes, le 13 mars, avant de lancer leur campagne d’affichage. Mais deux candidats au Grand Conseil veulent voir leur bobine dans les rues de Lausanne. Il s’agit des libéraux-radicaux: Marc-Olivier Buffat et Gilles Meystre. Le premier est avocat et dirige le groupe PLR au Grand Conseil. Le second est président de GastroVaud, l’association des cafetiers, restaurateurs et hôteliers, et siège au Conseil communal de Lausanne.

Pourquoi si rapidement? «L’élection appartient à celui qui démarre tôt», sourit Gilles Meystre. Mais il enchaîne plus sérieusement: «La campagne est particulière cette année, car les relâches et les vacances de Pâques vont l’entrecouper.» Résultat: il faut mettre le paquet hors des périodes de congé.

Places rares à Lausanne

«Le calendrier est désastreux, ajoute Marc-Olivier Buffat. Le scrutin a lieu le 30 avril, ce qui signifie que les gens recevront leur matériel de vote durant les vacances.» Autre souci selon lui, les places sont rares à Lausanne, car la Municipalité interdit l’affichage sauvage, contrairement à beaucoup d’autres communes, notamment dans les campagnes. Le duo devrait mener cette campagne en binôme jusqu’à la fin. Chacun d’eux prévoit d’y investir environ 15 000 francs.

«La campagne d’affichage officielle du parti débutera après le dépôt des listes, mais en fait la campagne a déjà commencé avec certaines manifestations, explique Philippe Miauton, secrétaire général du PLR vaudois. Nous attendons le numéro des listes électorales avant d’imprimer nos affiches.»

La floraison de ces placards rappelle qu’à droite chaque candidat peut faire sa propre campagne, à côté de celle du parti. Il y a des règles toutefois, comme respecter des valeurs et un graphisme communs, ainsi que d’être fair-play avec les autres candidats. Il est loin le temps où certains appelaient à voter deux fois pour eux, quitte à biffer un collègue sur le bulletin, comme pour les fédérales de 2015.

Cent dates pour Jacques Nicolet

L’UDC aussi sortira ses affiches en mars, mais son candidat au Conseil d’Etat Jacques Nicolet est déjà en campagne. Le congrès l’a désigné le 1er décembre et il s’est rendu dès le lendemain au Salon des métiers à Beaulieu. «Nous avons prévu plus de 100 événements jusqu’au soir du deuxième tour», explique Kevin Grangier, secrétaire général de l’UDC Vaud. A terme, Jacques Nicolet aura visité de nombreux carnavals, brandons, comptoirs, abbayes et manifestations, comme Swiss Expo, la Bourse aux armes ou le Festival de ballons de Château-d’Œx. «Nous allons dans tout le canton, avec au moins dix manifestations par district», ajoute Kevin Grangier. Le but: convaincre l’électorat PLR de conserver Jacques Nicolet sur le ticket commun de la droite.

Pas de solistes à gauche

A gauche, c’est l’étonnement en voyant fleurir les affiches de Marc-Olivier Buffat et de Gilles Meystre, car la stratégie est traditionnellement différente. «Ils ont visiblement trop d’argent au point de devoir déjà le dépenser», ironise le député Stéphane Montangero, qui préside le Parti socialiste vaudois.

«Tant mieux pour eux s’ils ont l’argent pour poser des affiches aussi tôt, commente Alberto Mocchi, président des Verts. Nous n’avons nous-mêmes pas les moyens d’occuper le terrain ainsi pendant trois mois, même si nous avons déjà effectué quelques actions sur le terrain, comme la distribution de chocolats aux pendulaires pour la Saint-Valentin ou de poireaux pour la fête de l’Indépendance vaudoise le 24 janvier.»

A gauche, les seuls visages que l’on verra en grand dans les rues seront ceux des quatre candidats au Conseil d’Etat: les trois ministres actuels Pierre-Yves Maillard, Nuria Gorrite et Béatrice Métraux, avec la nouvelle candidate et conseillère nationale Cesla Amarelle. «Au Grand Conseil, certaines sections régionales présenteront une photo de groupe, mais jamais de visage isolé, ajoute Stéphane Montangero. Nous tenons au collectif.» (24 heures)

Créé: 13.02.2017, 21h21

Articles en relation

Jacques Nicolet s’offre une victoire confortable et devient héros de l’UDC

Elections cantonales 2017 Le conseiller national et président de l’UDC Vaud a été désigné hier soir candidat officiel du parti pour le Conseil d’Etat en 2017. Plus...

Quatre dossiers qui seront au cœur de la bataille

Elections cantonales 2017 Les stratégies s’ébauchent à un an des élections. Plusieurs votations prévues ces prochains mois deviendront de vrais enjeux électoraux. Coup de sonde au sommet des partis Plus...

Le PLR en campagne pour le Conseil d’Etat

Elections 2017 Minoritaire, le PLR vaudois représente ses trois conseillers d’Etat en 2017. Ou comment ne rien changer pour espérer un changement. Plus...

Les socialistes mis en demeure de retrouver leur unité

Elections cantonales La victoire sans appel de Cesla Amarelle à la primaire des roses vaudois ouvre le temps de la réparation. Les conseillers d’Etat sortants balisent la route. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...