Une vague internationale s’est levée devant Nestlé

VeveyCe mardi, près de 400 personnes ont manifesté, dont des syndicalistes venus du monde entier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est historique: Nestlé n’a jamais vécu ce qui se passe aujourd’hui à Vevey.» Au milieu des manifestants venus se grouper devant le siège de la multinationale, ce mardi, Peter Schmidt souligne l’importance de l’événement.

Ce syndicaliste, également président de l’Observatoire européen du développement durable, sait de quoi il parle. Même si deux manifestations ont eu lieu récemment à Vevey (de salariés italiens en décembre, puis français en février), celle de ce mardi avait une autre ampleur; notamment du fait de la présence, auprès des manifestants, de représentants syndicaux du monde entier – Indonésie, Australie, Uruguay et Angleterre.

Depuis la gare, à grand bruit, ont convergé vers le siège près de 400 manifestants venus d’une dizaine de villes allemandes – de Hambourg, la plus au nord, à Singen, la plus proche de la Suisse, au bord du lac de Constance. «Mercredi est un jour férié pour nous. Beaucoup faisaient le pont, sinon nous aurions été encore plus nombreux», dit une manifestante voulant l’anonymat. Avec Claudia, qui travaille depuis dix-huit ans pour Nestlé, elles ont fait neuf heures de bus depuis Weiding, où leur laboratoire fermera fin décembre, mettant 85 personnes au chômage. «Nestlé nous promettait de nous vendre depuis deux ans. Ils en ont été incapables. Pour rester polie, je suis très déçue.»

Ce qui étonnera tout citoyen suisse, qui retrouve quasi quotidiennement ces produits sur sa table: sont concernées les marques Thomy (usine de Biessenhofen), connue pour sa moutarde, et Maggi (usines de Lüdinghausen et de Singen) avec son très populaire condensé pour assaisonner les salades. Le fameux logo de cette marque était détourné sur de nombreuses pancartes où l’on pouvait lire «l’humain avant la marge». Symbole de Nestlé, le fameux nid et ses oisillons étaient aussi caricaturés sur les T-shirts: un charognard estampillé «actionnaire» les boutait hors de leur abri sous l’inscription «Les vautours veulent encore plus de profit». «Henri Nestlé aurait honte», affichait une autre pancarte.

Fahmi Danimbang, d’Indonésie, est présent «par solidarité. Et pour dire stop à l’expansion de la culture d’huile de palme qui déforeste et pollue l’environnement et est utilisée par Nestlé.» Venu d’Uruguay, Gerardo Iglesias dénonce des conditions de travail qualifiées d’«insupportables».

Pétition de 17 000 noms

En Allemagne, Nestlé emploie environ 10 000 personnes. Selon les manifestants, 500 emplois vont passer à la trappe, 386 selon Nestlé. Sur les 12 usines, deux vont fermer (Ludwigsburg et Weiding) et trois connaîtront des licenciements, mais Nestlé dit vouloir investir en Allemagne près de 150 millions d’euros d’ici à 2020.

Crédit : Stéphanie Arboit

Une délégation des manifestants a été reçue et a remis une pétition de 17 000 signatures demandant de stopper les mesures d’économie quand le rendement est de 18,5%. La multinationale communique: «Nestlé Allemagne entreprend des changements difficiles mais nécessaires dans sa production pour faire face à l’évolution des habitudes de consommation et rester compétitive. Ces décisions n’ont pas été prises à la légère. Nous savons qu’elles ont une incidence importante sur les employés touchés. Aujourd’hui, nous avons écouté attentivement leurs préoccupations dans un esprit ouvert et constructif. Le dialogue se poursuit.»

«J’ai l’espoir que nous influencions la politique de l’entreprise», dit Peter Schmidt, qui cite l’exemple de Singen et de Ludwigsburg. Michele, qui travaille depuis trente-huit ans dans l’usine vouée à fermer, explique: «Ils voulaient modifier les conditions de travail en enlevant les primes à Singen et en les faisant travailler 1 heure de plus par semaine sans contrepartie. À Ludwigsburg, nous n’étions pas touchés mais nous avons été solidaires de Singen et ils sont revenus en arrière.»

Créé: 02.10.2018, 21h51

Articles en relation

Haka guerrier et chants pour interpeller Nestlé

Manifestation Plus de 200 employés de Galderma ont rallié le siège mondial de Vevey depuis la région de Nice Plus...

Nestlé taille aussi dans les effectifs de Galderma à Paris

Santé Le groupe a décidé de concentrer des activités de sa filiale à Lausanne: 90 postes sont menacés dans la capitale française. Plus...

Nestlé a un repreneur pour son labo voué à fermer

France Le laboratoire de dermatologie Galderma, près de Nice, qui devait disparaître en septembre, pourra pérenniser 300 postes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...