Passer au contenu principal

EnergiesVaud a le plus grand potentiel éolien de Suisse

La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro a plaidé lundi pour le développement de cette technologie dans le canton.

Image d'illustration, Keystone

Le canton de Vaud recèle vraisemblablement le plus fort potentiel de développement pour l'éolien en Suisse, selon la nouvelle carte des vents de la Confédération.

Face à constat, il est «urgent» de réaliser la transition énergétique, a plaidé Jacqueline de Quattro en déplorant «les peurs» irrationnelles propagées par certains opposants.

Devant la presse, la conseillère d'Etat vaudoise a dressé lundi l'état des lieux de l'éolien, dans le canton où aucune hélice ne tourne. Elle a défendu la complémentarité des énergies renouvelables pour sortir du nucléaire selon la stratégie 2050 de la Confédération.

Passer aux actes

«Que l'on aime ou pas l'éolien, il a une dimension stratégique et répond aux enjeux climatiques. La transition énergétique est urgente» et il est temps de «prendre ses responsabilités», a martelé la cheffe du Département du territoire et de l'environnement.

Surtout que le canton de Vaud est aux avant-postes pour la Suisse dans ce domaine. La nouvelle carte des vents établie par la Confédération indique en effet que c'est «la région la plus intéressante, avec le potentiel le plus important de Suisse», a affirmé Markus Geissmann, responsable du domaine de l'énergie éolienne à l'Office fédéral de l'énergie.

Soutien confédéral

La Confédération est prête à soutenir le canton de Vaud pour qu'il parvienne à mettre en oeuvre sa planification, a assuré le spécialiste. Les zones les plus favorables sont les crêtes de Jura et le Gros-de-Vaud. Le canton pourrait produire à terme entre 1100 et 1500 GWH.

Si, pour l'heure, aucune turbine ne tourne dans le canton, 19 parcs éoliens sont inscrits à la planification. Avec une production estimée à 1116 GWh, soit le quart de la consommation électrique vaudoise, qui équivaut au pourcentage de nucléaire utilisé.

Contre les fausses peurs

Jacqueline de Quattro a appelé à sortir de l'hypocrisie, en achetant du courant «sale» ailleurs. Il faut miser plutôt sur un avenir maîtrisé au plan local ou régional. Elle a regretté que certains opposants, en particulier Paysage-Libre Vaud, répandent la peur avec des rapports «alarmants», par exemple sur les infrasons, qui ne sont pas confirmés par les scientifiques.

A cet égard, Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe, est venu apporter «la voix du terrain». Il a déploré lui aussi ces opposants de principe, extérieurs souvent aux communes concernées, et qui viennent faire la leçon. Il a espéré que le projet «Sur Grati» puisse être réalisé rapidement, dans le plein respect de toutes les étapes démocratiques.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.