Vaud prépare un «plan climat» pour anticiper l’impact du réchauffement

EnvironnementLe Canton fait preuve de volontarisme pour parer aux conséquences des dérèglements climatiques.

Cet été,  en raison de la sécheresse, l’armée a du installer et alimenter des réservoirs d’eau destinés au bétail dans le Jura vaudois.

Cet été, en raison de la sécheresse, l’armée a du installer et alimenter des réservoirs d’eau destinés au bétail dans le Jura vaudois. Image: KEYSTONE - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le canton de Vaud n’échappe pas aux conséquences du réchauffement de la planète. Les ministres Jacqueline de Quattro, en charge de l’Environnement, et Béatrice Métraux, en charge de la Sécurité, l’ont rappelé jeudi au moment de lancer une conférence sur le changement climatique au Rolex Learning Center de l’EPFL. Déterminé à «prévenir plutôt que guérir», le Conseil d’Etat soumettra un «plan climatique» aux députés en début d’année prochaine.

Les intempéries et la sécheresse ont mis les services de l’Etat à rude épreuve cette année. Le Canton a dû mobiliser 300 personnes pour gérer une série de «crises». Un record, selon Béatrice Métraux. «L’année 2015 a été terrible d’un point de vue climatique, a-t-elle déclaré en pesant ses mots. Il y a d’abord eu la bise noire, des enfants qui ne pouvaient pas aller à l’école, des personnes qui ne pouvaient pas rentrer chez elles.»

Des inondations ont suivi, puis la canicule, pendant laquelle les autorités ont porté une attention particulière aux personnes âgées. «Les dérèglements climatiques ont des conséquences directes sur la population, commente la ministre. Nous ne pouvons pas nous contenter d’une politique défensive. Il est essentiel d’anticiper.»

Les deux ministres vaudoises ont affiché hier leur volontarisme. Le Service de la sécurité civile et militaire a organisé cette journée à quelques semaines de la Conférence mondiale sur le climat de Paris. Les Etats tenteront de s’entendre sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement global à 2 °C.

Montrer l'exemple

«Vaud refuse d’être spectateur. Il y a urgence à réduire nos émissions de gaz à effet de serre, à décarboniser nos économies et à nous engager plus fermement dans la transition énergétique, même si cela coince au niveau fédéral. Nous devons montrer l’exemple dans notre canton», a défendu Jacqueline de Quattro.

Le «plan climatique» qui sera présenté au Grand Conseil proposera notamment un suivi des émissions de gaz à effet de serre dans le canton – dont la proportion exacte n’est aujourd’hui pas connue –, ainsi que leur réduction. Ce texte instaurera également des mesures pour s’adapter aux changements climatiques.

Jacqueline de Quattro n’en a pas dévoilé le détail, mais elle a identifié des domaines d’intervention: «La gestion de l’eau est capitale afin d’assurer sa qualité et la sécurité du réseau.»

Le système d’irrigation sera repensé, afin notamment d’éviter des «conflits d’intérêt» entre faune et culture. Le plan se souciera aussi des forêts. «Un tiers du territoire vaudois en est recouvert. Elles jouent un rôle essentiel dans l’oxygénation. Or le réchauffement climatique a pour conséquence que certaines espèces périclitent, alors que des nuisibles se développent.»

Projet renforcé

Le Conseil d’Etat a aussi annoncé hier qu’il renforçait son programme «100 millions pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique». Plusieurs mesures sont instaurées «pour le rendre plus attractif et pour soutenir l’environnement économique vaudois dans le contexte du franc fort».

Un exemple: «Les aides financières prévues pour les audits énergétiques des grands consommateurs seront étendues à quelque 2000 entreprises supplémentaires.»

Créé: 05.11.2015, 21h26

Les gagnants et les perdants dans nos forêts

Quelles conséquences le réchauffement a-t-il sur la forêt suisse? C’est la question qu’a traitée le biologiste Yann Vitasse, hier, lors de la conférence «Changement climatique: anticiper et se préparer», au Rolex Learning Center. «Elle a son importance lorsqu’on sait que la forêt en Suisse est une forêt de protection dans 42% des cas. C’est-à-dire qu’elle protège la population des risques de dangers naturels comme les laves torrentielles, les avalanches ou le glissement de terrain, événements extrêmes qui devraient être de plus en plus fréquents dans les années à venir», explique-t-il. La Suisse et le canton de Vaud sont particulièrement concernés, puisque le réchauffement y est deux fois plus marqué que dans l’hémisphère Nord.

Le premier constat que fait Yann Vitasse: le réchauffement de la planète a un fort impact sur la sortie des feuilles des végétaux. «Celle-ci a lieu deux semaines plus tôt qu’il y a trente?ans. Les arbres pourraient dès lors être plus exposés au gel.» La hausse du mercure entraînera aussi un changement du climat favorable à certaines espèces. «Le climat optimal de l’épicéa va se déplacer vers de plus hautes altitudes. Il devrait souffrir en plaine.» Le chêne rouvre, au contraire, devrait mieux s’épanouir dans des températures plus élevées de par sa meilleure résistance à la sécheresse. Des insectes nuisibles tels que le bostryche devraient également se reproduire plus rapidement dans un climat plus chaud.

Articles en relation

COP21: les engagements pour le climat demeurent insuffisants

Réchauffement Les contributions des Etats ne permettront pas de maintenir le réchauffement sous la barre des 2 °C. Plus...

«Aucun pays n'est épargné par le réchauffement climatique»

Environnement La ministre de l’Environnement Ségolène Royal lance la «bataille de Paris» pour le climat. Plus...

Dopé par la canicule, le bostryche ravage à nouveau les bois suisses

Forêts Les bûcherons doivent agir rapidement pour éliminer les épicéas infestés. Le canton de Genève est épargné, mais pas celui de Vaud. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.