Passer au contenu principal

Vaud s’arme contre le bruit nocturne de ses routes

Lausanne lance sa limite générale nocturne à 30 km/h. Montreux et Cossonay s’y mettront aussi. Partiellement.

Florian Cella

Trois communes, trois réalités bien différentes. Montreux, Cossonay et Lausanne ont pourtant toutes des habitants qui souffrent pendant qu’ils dorment. En Suisse, on estime que 1 million de personnes subissent des nuisances sonores de la route qui dépassent les limites fixées par la loi.

Alors le Canton de Vaud lance une offensive pour diminuer le bruit routier. L’ordonnance de protection contre le bruit oblige les communes à agir. D’autant que le problème risque de s’aggraver si rien n’est fait. «Nous allons, dans notre pays et dans notre canton, concentrer de plus en plus, l’habitat dans les centres urbains, rappelle la présidente du Conseil d’État, Nuria Gorrite. De plus en plus de gens seront donc exposés à un bruit nocturne qui a des incidences sur leur santé. Réduire cet impact, améliorer la qualité de vie, c’est fondamental, à l’aube des développements urbanistiques qui nous attendent.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.