Vaud s’arme contre le bruit nocturne de ses routes

CirculationLausanne lance sa limite générale nocturne à 30 km/h. Montreux et Cossonay s’y mettront aussi. Partiellement.

Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois communes, trois réalités bien différentes. Montreux, Cossonay et Lausanne ont pourtant toutes des habitants qui souffrent pendant qu’ils dorment. En Suisse, on estime que 1 million de personnes subissent des nuisances sonores de la route qui dépassent les limites fixées par la loi.

Alors le Canton de Vaud lance une offensive pour diminuer le bruit routier. L’ordonnance de protection contre le bruit oblige les communes à agir. D’autant que le problème risque de s’aggraver si rien n’est fait. «Nous allons, dans notre pays et dans notre canton, concentrer de plus en plus, l’habitat dans les centres urbains, rappelle la présidente du Conseil d’État, Nuria Gorrite. De plus en plus de gens seront donc exposés à un bruit nocturne qui a des incidences sur leur santé. Réduire cet impact, améliorer la qualité de vie, c’est fondamental, à l’aube des développements urbanistiques qui nous attendent.»

Pour préserver le sommeil, il y a bien sûr, rappelle Nuria Gorrite, les fenêtres et parois antibruit. Ou encore le revêtement phonoabsorbant. Des mesures coûteuses et parfois peu durables. Et lorsqu’il s’agit, en plus, de préserver l’environnement et la sécurité des gens sur le bitume, tout en ne dépensant pas trop d’argent, il est un type de mesure dont la cote ne cesse d’augmenter: la limitation de vitesse. Les communes ont ainsi un éventail de mesures qu’elles doivent habilement mélanger. Le Canton leur fournit aide et orientations.

Lausanne pionnière

Lausanne est une adepte et a été pionnière en matière de sourdine nocturne. Voilà deux ans qu’un test mené conjointement avec le Canton et la Confédération transforme l’axe Vinet-Beaulieu en route 30 km/h entre 22 h et 6 h du matin. Les résultats sont suffisamment concluants (lire encadré) pour que Lausanne veuille généraliser la pratique et pour que Vaud la favorise ailleurs sur le territoire.

«C’est une première suisse et j’en suis assez fière», dit Florence Germond, municipale lausannoise chargée de la mobilité. Elle a déposé un préavis demandant 4,5 millions de francs pour assainir le bruit routier dans sa ville.

Avec, pièce maîtresse du dispositif: la limitation, de nuit, à 30 km/h, sur la quasi-totalité du territoire («24 heures» du 27 mars). «Ce bruit est nocif, il a un impact considérable sur la santé», souligne l’élue socialiste. La limite générale nocturne pourrait améliorer le sommeil de 33 000 Lausannois, poursuit Florence Germond. Des personnes qui vivent actuellement à proximité de rues plus bruyantes que ce que la loi autorise.

Pour inciter les automobilistes à lever le pied, des radars dits «pédagogiques» seront posés. Ils seront, à terme, assortis de radars «classiques», déjà présents sur le territoire. «Cette mesure a vraiment pour but de protéger la population contre le bruit. Il ne s’agit pas d’avoir une mesure chicanière auprès des automobilistes.» La ville créera aussi sept nouvelles zones modérées 24 h/24: à Druey, Dufour, France ou encore Dapples. Du revêtement phonoabsorbant et des fenêtres antibruit seront aussi posés ici et là. Le Conseil communal de Lausanne se prononcera sur le sujet d’ici à la fin de l’année. Suivra une mise à l’enquête de tout ce nouveau réseau routier. Florence Germond espère une entrée en vigueur «au premier semestre 2020».

Montreux intéressée

«Nous sommes très heureux de voir que l’étude faite à Lausanne donne de bons résultats, elle nous a toujours intéressés», indique Laurent Wehrli. Le syndic de Montreux annonce qu’il entend faire passer à 30 km/h la nuit les deux grandes artères traversantes de sa ville. «Nous sommes convaincus par cette mesure parce qu’elle est très complémentaire avec les autres et qu’elle s’adapte bien aux particularités de chaque ville.»

Et même à celle des villages. Le syndic de Cossonay «à la croisée de quatre routes cantonales», Georges Rime, veut lui aussi instaurer des limitations nocturnes. Sur les «axes prioritaires du centre» de sa localité de 4000 habitants.

En tout, le Canton estime que, dans une septantaine de communes, le sommeil de 65 000 Vaudois pourrait s’améliorer avec ce nouvel outil de limitation du bruit. Les tronçons susceptibles de passer à 30 km/h de nuit seront ceux à «grand trafic», limités aujourd’hui à 50. Ils devront avoir fait l’objet d’un monitoring du bruit et compter plus de 200 habitants par kilomètre où les valeurs limites sont dépassées.

Créé: 30.08.2019, 19h01

L’expérience lausannoise

Deux à trois décibels. Ce n’est rien? Cela correspond pourtant, selon l’étude menée aux avenues de Beaulieu (17 500 véhicules quotidiens) et de Vinet (10 250 véhicules quotidiens), à un ressenti de 50% de trafic en moins pour les riverains. «C’est énorme», résume Nuria Gorrite.

Les deux ans de test menés sur ces deux tronçons routiers où les valeurs limites légales sont systématiquement dépassées ont rendu des résultats convaincants. Pour rappel, le test a combiné des comptages sans aucune limitation, puis des tests avec une limitation, suivi de tests à 30 km/h de nuit assorti de revêtement phonoabsorbant.

Des entretiens ont aussi été menés avec des riverains et les automobilistes. Il en ressort que 86% des premiers sont très satisfaits du ralentissement imposé sous leurs fenêtres.

Les seconds sont 60% à accepter la donne. Les «bruits de pointe», soit ceux qui induisent des pics sonores provoqués par les freinages et accélérations, ont diminué de 80%. La fluidité du trafic est donc elle aussi en jeu lorsque la vitesse est réduite.

Florence Germond indique à ce sujet que des réflexions sont en cours pour tenter d’instaurer, où cela sera possible, davantage de feux orange clignotants, en remplacement des feux rouges.

De quoi envisager, à terme, un temps de parcours moins impacté qu’initialement par la réduction pure et simple de la vitesse.

Infos et détails:

www.30kmdenuit.ch

Articles en relation

Le 30km/h la nuit, une affaire de santé publique

Mobilité Un grand plan de régulation du trafic est attendu pour cet automne. Il repose sur l’ordonnance fédérale de protection contre le bruit. La tendance est nationale. Plus...

Deux avenues serviront de labo à la lutte contre le bruit du trafic

Lausanne La limitation à 30 km/h la nuit est inédite et constituera peut-être le socle d'une politique généralisée de limitation de la vitesse sur les axes à fortes nuisances sonores. Plus...

Le 30 km/h à l'essai sur les routes fribourgeoises

Trafic Le canton veut abaisser de 50 à 30 km/h la vitesse sur deux routes cantonales pendant au moins une année. Les communes de Neyruz et Vaulruz sont concernées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.