Passer au contenu principal

Les Vaudois ont-ils voté pour ou contre l'éolien ?

Les projets de parcs éoliens dans le canton ont-t-ils eu un effet sur le scrutin sur la Stratégie énergétique 2050 ? La carte des résultats est riche d'enseignements. Le oui l'emporte nettement, mais pas partout.

Le dieu Eole a-t-il mine de rien influencé le scrutin de dimanche dernier? Par 73%, les Vaudois acceptaient la Stratégie énergétique 2050, ce véritable tremplin pour la transition énergétique qui comprend de quoi dynamiser les installations renouvelables, comme le solaire, le biogaz et les parcs éoliens. A la lumière des résultats, d’aucuns n’hésitent aujourd’hui pas à qualifier le scrutin vaudois de triomphe absolu, ou de résultat lourd d’enseignements pour l’avenir des projets éoliens en cours de développement ou patinant devant les tribunaux.

Voir le contenu

Une fin de campagne venteuse

«Les opposants ont fait ce lien durant la campagne. Je le fais aussi aujourd’hui», tranche Isabelle Chevalley, présidente de Suisse Eole et candidate au Conseil d’Etat, le même jour. «Vous avez vu les courriers de lecteurs? Ou ce photomontage avec des éoliennes sur Lavaux? Les antistratégie 2050 ont tout misé sur la thématique éolienne. Toute leur communication et leur désinformation étaient basées là-dessus.» Au nombre de ces opposants, il y avait Jean-Marc Blanc, secrétaire général de la Fédération Paysage-Libre Vaud, qui renvoie la balle dans l’autre camp. «Disons que c’est devenu un scrutin pour ou contre les énergies renouvelables. Forcément, les éoliennes ont été plus mises en avant par les défenseurs: c’est plus visible qu’une installation de géothermie. Ça nous a donné une audience exceptionnelle.»

A voir les résultats, on serait tenté de lui donner raison. Dans leur vote, les Vaudois apparaissent effectivement plus nuancés sur les secteurs visés par certains projets éoliens. Dans les endroits voués à accueillir des dizaines d’hélices, celles de Sainte-Croix, Grandevent, Grandsonnaz et Provence, le «oui» est loin des 73% du résultat global: 53% à Vugelles, 61% à Sainte-Croix.

Dans la même ligne, deux communes, Mauborget et Novalles, ont voté non. Au nord d’Echallens, des «petits oui» – 54% à Vuarrens, 50,8% à Pailly – semblent correspondre au tracé des futures éoliennes de Tous-Vents. A Villars-le-Terroir, où seul un mat de mesure tâte à ce jour le potentiel aérien, la transition énergétique passe de justesse, avec une poignée de voix d’écart. «C’est la preuve que notre travail d’information paie, se félicite Jean-Marc Blanc. Quand les gens apprennent que des éoliennes sont prévues sous leurs fenêtres, ils n’en veulent plus.»

A voir. Essertines-sur-Rolle, dont le projet éolien est maintes fois revenu sur le devant de la scène, vote oui à 70%. A Lignerolle, Ballaigues et L’Abergement, aux pieds des hélices de Bel Coster et face à celles de Sur Grati, le oui dépasse les 70%. «Je ne sais pas si les gens ont fait le lien, s’interroge le syndic de Lignerolle, Olivier Petermann. Ce qui est certain, c’est que la stratégie des opposants n’a pas marché. Le résultat nous conforte dans notre propre projet.»

Conséquences

Reste un score varié. Et, certainement, des enseignements à tirer pour les promoteurs. «Ce qu’on a vu dimanche, c’est que les consignes de vote ont fonctionné. L’UDC était contre la loi sur l’énergie et ils ont été suivis où leur électorat est fort, note Jean-François Paillard, syndic de Bullet. Ce vote était très politique, les partis de droite étaient divisés, et les groupes d’opposants locaux parfois très actifs.» En plaine, le syndic de Pailly abonde. Pour lui, le scrutin était un signal. «Dans les opposants de dimanche, il y avait les anti-éoliens, et ceux qui ont suivi l’UDC.»

De quoi inquiéter un promoteur, le jour où son projet passera dans l’une des communes en question? «Difficile d’extrapoler, enchaîne Nicolas Brandt. Face au projet de Tous-Vents en soi, il faudra sans doute compter avec une opposition différente, notamment les nouveaux habitants. On aura probablement plus d’aide du Canton et, d’ici là, des arguments supplémentaires.»

Dans le chapitre des interprétations toujours, les opposants retiennent mordicus une note encourageante: «C’est la preuve que les Vaudois sont encore divisés sur l’éolien, tranche Jean-Marc Blanc. «Même à 50,0001%, un oui est un oui!, balaye Isabelle Chevalley. Les opposants ont tout misé sur la question éolienne. Le résultat, c’est un oui à plus de 70%. Maintenant à eux d’en tirer les conséquences. Une minorité ne peut plus retarder un projet pendant près de 20 ans.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.