Les Vaudois se rendent aux urnes avec un suspense très limité

Elections cantonalesOn verra ce dimanche à quel point les électeurs sont satisfaits de la politique du Conseil d'Etat sortant. Ils doivent aussi élire ou réélire 150 députés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le contre-la-montre du Tour de Romandie, qui se joue ce dimanche 30 avril à Lausanne, promet plus de surprises que la campagne électorale qui s'achève. Six conseillers d'Etat sortants sur sept se représentent à leur succession et mettent en avant un bilan positif, marqué par une grande alliance gauche-droite et une absence d'affrontements.

La campagne qui a débuté le 13 mars dernier a été si ronronnante que certains observateurs évoquent une «non-campagne». Pierre-Yves Maillard et Pascal Broulis ont d'ailleurs refusé de se confronter dans un débat que leur proposait 24heures. Il est vrai que les Vaudois ont déjà plébiscité en mars 2016 «le compromis dynamique» cher au Conseil d'Etat en disant oui à 87% à la troisième réforme fiscale des entreprises (RIE III) à la sauce cantonale, soutenue autant par la droite que la gauche gouvernementale.

Pascal Broulis (PLR) et Pierre-Yves Maillard (PS), les deux têtes d'affiches qui incarnent ce fameux compromis dynamique, visent une réélection au premier tour. Tous deux ont assumé la présidence du Conseil pendant cinq ans; l'enjeu pour eux est de se disputer la première place. Le sondage RTS de la semaine dernière, réalisé par l'institut Sotomo, les crédite de 56% de suffrage, à égalité.

La popularité de Nuria Gorrite

Jacqueline de Quattro (PLR) Philippe Leuba (PLR) avaient également été réélus au premier tour en 2012. Selon le même sondage, ils obtiendraient respectivement 54% et 52% de voix. Un premier suspens réside dans les suffrages obtenus par Nuria Gorrite (PS). L'ancienne syndique de Morges, benjamine du gouvernement, élue au deuxième tour en 2012, semble avoir beaucoup gagné en popularité dans les cinq ans écoulés. Le sondage Sotomo la crédite de 55%, ce qui la place dans la peloton de tête. Sera-t-elle la prochaine présidente du gouvernement?

Béatrice Métraux (Verts), entrée au gouvernement quelques mois avant Nuria Gorrite, réélue au deuxième tour en 2012, est créditée de 44% d'intentions de vote par Sotomo. L'élue écologiste fait le plein de voix à gauche, grâce à l'alliance avec le PS, mais peine à convaincre les électeurs de droite.

Le véritable enjeu déclaré de cette élection tourne autour du septième siège, laissé vacant par Anne-Catherine Lyon (PS). Deux prétendants du Nord vaudois se le disputent. Cesla Amarelle (PS) et Jacques Nicolet (UDC).

Cesla Amarelle devant Jacques Nicolet

Face au profil universitaire de la juriste et conseillère nationale yverdonnoise, le paysan de Lignerolle joue la carte du «bon sens terrien» et tente de se profiler comme le successeur naturel de feu Jean-Claude Mermoud, le dernier agrarien qui a siégé au gouvernement vaudois. Sa campagne a cependant été émaillée d’incidents, comme un soutien à Marine Le Pen esquissé à la RTS, et des déclarations qui ont attisé la colère des vétérinaires vaudois. L'élection de Jacques Nicolet marquerait un visage positif pour l'UDC, après ses déboires aux cantonales à Neuchâtel et en Valais.

Au sondage RTS, Cesla Amarelle récoltait 41% d'intentions de vote, Jacques Nicolet 34%.

Sept candidats pas si «petits»

Parmi les autres prétendants, le sondage RTS créditait François Pointet (Vert'libéraux) de 11%. Celui-ci se bat pour une baisse de la fiscalité des personnes physiques et la reprise de la majorité de droite au Conseil d'Etat, fustigeant« une politique socialiste basée sur la méfiance et un égalitarisme borné.» Suivent les deux prétendants de l'Alliance du centre, Serge Melly (Vaud Libre) et Sylvie Villa (PDC), ainsi que les trois candidats d'Ensemble à gauche, Hadrien Buclin, Céline Misiego et Yvan Luccarini, et l'indépendant Toto Morand (Parti de rien), tous crédités de 7% à 9% d'intentions de vote.

L’autre enjeu du jour très attendu, est la majorité au Grand Conseil. 893 candidats députés briguent les 150 sièges flambant neufs du nouveau Parlement. Celui-ci se compose de 74 députés de droite (PLR et UDC), 64 députés de gauche (PS, Verts et Ensemble à gauche) et de 12 députés centristes (Alliance du centre et Vert'libéraux). Ces derniers votent parfois avec la gauche, parfois avec la droite, faisant pencher la balance.

L'abstention en tête

Quoi qu’il en soit, l’abstention pourrait sortir victorieuse des urnes. Sur la base des votes anticipés enregistrés dans la semaine par les greffes municipaux de plusieurs communes, les chiffres de participation au vote anticipé étaient de 20% à 45% inférieurs à ceux de 2012. Un retard difficile à combler en quelques heures. A moins que les Vaudois ne se déplacent en masse aux bureaux de vote. Première tendances en début d'après-midi.

Suivez les résultats en direct dès 12h sur 24heures.ch et sur nos réseaux sociaux

Créé: 30.04.2017, 08h37

Articles en relation

Le vibrionnant Pascal Broulis aborde sa quatrième élection en jeune premier

Portraits de candidats (6/8) Bientôt doyen du Conseil d’Etat, Pascal Broulis conserve un appétit intact pour la fonction de ministre. Plus...

Jacques Nicolet et Cesla Amarelle croisent le fer

Elections cantonales Les deux conseillers nationaux veulent devenir conseillers d’Etat. Débat entre la parlementaire la plus à gauche et le président d’un parti qui a durci le ton. Plus...

Comment booster Amarelle ou Nicolet?

Conseil d'Etat Huit stratégies mathématiques se confrontent pour l’élection du gouvernement. Pour élire ses candidats, chaque camp doit voter pour ses adversaires. Plus...

P.-Y. Maillard a affermi un gouvernement sans opposants

Portraits de candidats (7/8) Locomotive électorale, le président socialiste du gouvernement brigue un 4e mandat, pour aboutir à 18 ans de pouvoir. Plus...

L’heure d’une femme? La présidence devient un enjeu électoral

Elections cantonales Avec Pierre-Yves Maillard, la présidence vaudoise de cinq ans vit sa deuxième expérience. Le socialiste ne s’accrochera pas à un mandat qu’il a aimé exercer. Il en cerne l’utilité et les limites. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...