Les vélos PubliBike vaudois, stars du pays, retirés de la circulation

DéprédationsLa flotte vaudoise, la plus utilisée en Suisse, verra ses cadenas changés au fur et à mesure. Afin de ne pas paralyser le réseau.

Les stations de la gare de Lausanne sont vides depuis vendredi matin.

Les stations de la gare de Lausanne sont vides depuis vendredi matin. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vague de vols de vélos PubliBike continue de déferler. Elle vient d’atteindre le canton de Vaud. Cet été, à Berne puis à Zurich, les actes de vandalisme et les vols ont été si nombreux sur les véhicules de la filiale de CarPostal qu’il n’en restait pratiquement plus aux emplacements dédiés. En cause: des cadenas trop faciles à forcer.

Pour enrayer le phénomène, c’est carrément l’intégralité de la flotte, composée de vélos mécaniques et électriques, qui a été retirée de la circulation des deux villes alémaniques. Direction le garage, où une pièce du cadenas a été modifiée afin de le rendre plus solide. Après un mois d’absence sur les bords de l’Aar et de la Limmat, les deux-roues du géant jaune sont de retour sur les routes alémaniques.

Mais les larcins ont ensuite joué aux dominos. La déferlante de méfaits, qui a touché Fribourg début septembre, vient d’arriver sur les bords du Léman. Vendredi matin, les deux stations de la gare de Lausanne et quelques autres, notamment à Écublens et du côté de l’EPFL, étaient vides. «Nous avons effectivement commencé à retirer quelques vélos qui verront leurs cadenas renforcés», confirme Katharina Merkle, porte-parole de CarPostal.

Pour mémoire, en novembre dernier, le nouveau système de la société de bikesharing était inauguré à Lausanne, qui faisait office de pionnier. Ce système permet de verrouiller son deux-roues n’importe où dans un périmètre donné. Un concept plus confortable que l’ancien système, qui existe toujours à Yverdon, mais aussi moins sûr. «Nous sommes en train de renforcer toutes les montures du nouveau système», poursuit la porte-parole, qui précise encore que l’opération ne sera pas aussi radicale en terre vaudoise qu’outre Sarine. À Berne, quelque 120 vélos étaient volés quotidiennement. Les chiffres étant bien moins élevés à Lausanne, tous les vélos ne seront pas retirés en une fois. «Nous retirerons les vélos au fur et à mesure afin de ne pas totalement paralyser le réseau Lausanne-Morges, qui compte plus de 300 vélos.»

Deux mois offerts

Les quelque 130 véhicules du réseau Nyon-Gland seront, eux aussi, retirés au fur et à mesure, dès lundi prochain. Les usagers vaudois doivent donc s’attendre à trouver des stations vides d’ici au 12 octobre, date estimée du renouvellement complet du parc. «Entre Lausanne et Morges, plusieurs stations sont également vides pour une raison plus positive: ce réseau, où l’on a récemment enregistré plus de 2000 emprunts par jour, est le plus dynamique du pays.» Loin devant Zurich et Berne, dont les records journaliers plafonnent à 1500 emprunts par jour mais qui compte plus de 700 vélos chacun.

Depuis le début de l’affaire, PubliBike, dans les chiffres rouges depuis 2013, ne communique aucun chiffre sur le coût des transformations de cadenas des près de 2500 vélos que la société possède. «Mais c’est avec l’absence de vélos sur les routes que nous perdons beaucoup», répond la porte-parole, qui ne chiffre pas non plus ce manque à gagner. Enfin, toujours côté finances, la filiale de CarPostal annonce qu’elle offre deux mois d’abonnement gratuit en guise de compensation à ses abonnés.

Créé: 28.09.2018, 17h32

Système vintage épargné

Les vélos PubliBike d’Yverdon ne sont pas concernés par les grandes manœuvres en cours. Et pour cause: avec ceux du réseau Les lacs-Romont (Cheyres, Avenches, Romont, Payerne), les vélos d’Yverdon sont les seuls du pays à fonctionner sur l’ancien système de la société, la version vintage, selon PubliBike. Plus contraignante, la version de l’époque impose à l’utilisateur d’arrimer le deux-roues sur un socle. Le verrouillage étant plus sûr, PubliBike ne rappelle pas les vélos «vintage». La ville du Nord-Vaudois aura-t-elle la nouvelle version? «Le contrat actuel court jusqu’en 2020. Pour la suite, tout est ouvert, nous négocierons en temps voulu», indique Katharine Merkle, porte-parole de CarPostal. Si Yverdon voulait l’intégrer, la ville devrait passer à la caisse. Le montant? «A négocier», botte en touche la porte-parole.

Articles en relation

En difficulté, PubliBike préfère cacher ses chiffres

Mobilité La filiale de CarPostal retire dans l’urgence tous ses vélos à Berne et Zurich. Et continue de perdre des millions de francs. Plus...

Les PubliBike lausannois seront mieux sécurisés

Mobilité Après des actes de vandalisme à Berne et à Zurich, tous les vélos du réseau moderne auront aussi droit à une révision du cadenas. Plus...

Feu vert à l'extension du réseau de vélos en libre service à Nyon

Mobilité Le Tribunal fédéral a levé le recours qui bloquait l'extension de l'offre. Le nouveau réseau entrera en fonction en 2019. Plus...

Nouveau coup de frein pour les vélos en libre-service

District de Nyon Un recours au Tribunal fédéral empêche l’extension du réseau, ainsi que le renouvellement de la flotte qui est en mauvais état. Plus...

Les vélos enfin libre de s’étendre à La Côte

Mobilité Le Tribunal cantonal ayant débouté son concurrent, Publibike peut enfin déployer son réseau dans la région nyonnaise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.